Alphabet anglais (prononciation)

A B C D E F G… L'alphabet anglais pour les grands et les petits.

Avertissement ! Il est stupide de commencer l’apprentissage de l’anglais par son alphabet. Voyez cet article pour comprendre pourquoi et savoir quoi faire à la place. Ceci étant dit, si vous voulez réviser ou enfin attaquer l’alphabet anglais et sa prononciation, vous êtes au parfait endroit !

L’alphabet anglais et l’alphabet français sont les mêmes (26 lettres, dans le même ordre), seule la prononciation est différente.

Prononciation de l’alphabet anglais

Voici la prononciation de chaque lettre de l’alphabet. Cliquez sur l’icône du haut-parleur pour l’audio, puis répétez à haute voix.

But du jeu : essayez de modeler votre prononciation sur celle de l’acteur. Aidez-vous pour cela de la transcription phonétique.

Position 1 2 3 4 5 6 7
Lettre A B C D E F G
Transcription API /eɪ/ /bi/ /si/ /di/ /i/ /ɛf/ /dʒi/
Position 8 9 10 11 12 13 14 15 16
Lettre H I J K L M N O P
Transcription API /eɪtʃ/ /aɪ/ /dʒeɪ/ /keɪ/ /ɛɫ/ /ɛm/ /ɛn/ /oʊ/ /pi/
Position 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26
Lettre Q R S T U V W X Y Z
Transcription API /kju/ /ɑɹ/ /ɛs/ /ti/ /ju/ /vi/ /ˈdə·bə(ɫ)ˌju/ /ɛks/ /waɪ/ /zi/

L’alphabet anglais avec phonétique et prononciation

Notes :

  • L’audio ci-dessus a été enregistré par un acteur américain (les utilisateurs de Click & Speak™ reconnaîtront la voix d’Alan).
  • La différence entre l’anglais américain et l’anglais britannique est que le Z se prononce /zi/ en anglais américain mais /zɛd/ en anglais britannique (astuce pour s’en rappeler : la France et la Grande-Bretagne sont voisins et la prononciation du Z est la même dans les deux pays).

Chansons

Nous avons vu l’alphabet (alphabet), voyons maintenant l’alphabet anglais en chanson (songs). Le but est de continuer à vous faire travailler la prononciation pour que ça rentre. L’avantage des chansons est que la musique nous porte et que cela nous permet de nous décomplexer à l’oral en anglais – et de répéter.

Il existe beaucoup de chansons pour apprendre l’alphabet en anglais. J’ai sélectionné pour vous les meilleures, en fonction des goûts (rap, rock…) et de l’âge (adulte, cycle 3, maternelle…) de chacun. Je vous ai mis les vidéos YouTube et tous les détails utiles.

Les classiques

D’abord, les classiques : l’alphabet anglais chanté. Que vous soyez adulte ou que vous ou votre enfant soit en cycle 3 (CM1, CM2, 6ème), en CE2, CE1 ou même au CP ou en maternelle, c’est la chanson à connaître pour débuter.

Version américaine :

A B C D E F G
H I J K L M N O P
Q R S
T U V
W
X Y and Z
Now I know my ABCs
Next time won’t you sing with me?
(Repeat)

Version britannique :

Les paroles sont identiques à la version américaine mais prononcez le Z, Zed /zɛd/.

Pour la petite histoire, la musique est celle de la comptine Ah! vous dirai-je, maman et a été rendue célèbre par Mozart.

Rap (facile)

Si vous préférez le hip hop aux cours de maternelle, voici de quoi pratiquer avec l’alphabet anglais en version rap :

C’est une chanson américaine donc le Z se prononce Zee /zi/ (comme dans Jay Z).

Rap (avancé)

Une chanson de rap dont les paroles suivent l’ordre de l’alphabet : Alphabet Aerobics.

Le débit est impressionnant et serait un défi évidemment aussi pour les natifs !

Ici, Daniel Radcliffe qui, quand il ne joue pas le rôle de Harry Potter, se prête au jeu :

Les paroles sont ici et l’original est ci-dessous, c’est signé Blackalicious, un duo de Sacramento :

Et vous, comment vous vous en sortez ? :-)

Rock

La version rock de l’alphabet anglais (Oh boy…) :

Si jamais vous voulez plus de chansons, cherchez alphabet song ou ABC song sur YouTube – que ce soit sur un thème gospel, jazz, Halloween ou Noël, ce ne sont pas les variations qui manquent !

Bonne pratique et à la semaine prochaine pour un article qui vous aidera à pratiquer l’alphabet anglais…

Maintenant, lisez ceci :

Règles du jeu pour commenter

J'espère que les commentaires sur BilingueAnglais.com seront énergiques, constructifs et intéressants. Cet espace est conçu pour compléter l'article et partager votre expérience ou vos ressources pour apprendre l'anglais.

Pour assurer la qualité du site, tous les commentaires sont relus avant d'être publiés. Les critiques constructives ne sont pas un problème. Les commentaires irrespectueux, mal rédigés, hors-sujets ou commerciaux seront effacés.

Relisez-vous et servez-vous du vérificateur d'orthographe de votre navigateur pour vous assurer d'écrire dans un français ou un anglais sans fautes. Aérez votre texte et utilisez les options de formattage Markdown pour le mettre en valeur. Merci de participer à la vie du site et amusez-vous bien!

Leave a comment

You are leaving a comment on L’alphabet anglais avec prononciation.

Your email address will not be published. Fields marked with an * are required.


Quand le h est-il muet en anglais ?

Le h muet en anglais

H muet en anglais

Faut-il prononcer le H ou utiliser un H muet dans hour, honest, honor, exhausted, exhibit, heir… ?

Dans quels mots a-t-on un h muet en anglais ? Dans l’immense majorité des cas, les mot qui commencent par un H en anglais se prononcent bien avec le son /h/. Donc dans le doute, prononcez-le. Maintenant, dans la pratique, il y a des exceptions où le H reste muet. Beaucoup de ces exceptions sont des mots très courants, donc voyons la liste.

Liste des mots avec un h muet en anglais

Les mots suivant font partie des 5 000 mots plus utilisés en anglais et il est donc indispensable de savoir les prononcer correctement. Dans tous ces mots, la lettre h est muette. Cliquez pour écouter :

  • hour /ˈaʊ·ɝ/ · heure
  • honest /ˈɑ·nəst/ · honnête
  • honor /ˈɑ·nɝ/ · honneur
  • honestly /ˈɑ·nəst·ɫi/ · honnêtement
  • exhaust /ɪgˈzɔst/ · épuiser
  • exhibit /ɪgˈzɪbət/ · exposition
  • honesty /ˈɑ·nə·sti/ · honnêteté
  • half-hour /hæfˈaʊ·ɝ/ · demi-heure
  • HR /eɪtʃˈɑɹ/ · RH
  • HIV /eɪtʃ·aɪˈvi/ · VIH

Notez aussi heir /ɛɹ/ (un héritier) un peu moins courant mais où le H est muet.

Si vous ne deviez retenir qu’une seule chose de cet article, c’est la liste de mots ci-dessus ! Relisez-la. Retenez-la.

Allons maintenant un peu plus loin.

Liste mots H muet en anglais Liste de mots avec un H muet en anglais

Mots où le H peut être soit muet, soit prononcé

Certains mots sont prononcés avec un H muet ou non, soit selon l’accentuation du mot, soit selon le dialecte ou le locuteur.

Selon l’accentuation

Les mots suivants sont prononcés avec ou sans le /h/, selon que le mot soit accentué ou non :

Pour info, quand le mot est accentué (pour insister dessus ou lorsque l’on prononce le mot seul), on appelle cela la strong form. Lorsque le mot est réduit (parce que pas accentué), on appelle cela la weak form.

Selon le dialecte ou la personne qui parle

Pour certains mots, que le H soit muet ou non varie selon le dialecte ou selon la personne qui parle. Je vous indique les formes les plus courantes.

Pour les deux mots que voici, le h muet est plus courant en anglais américain :

(Notez que c’est l’inverse en anglais britannique : on prononce en général le H sur ces deux mots mais la prononciation avec H muet existe aussi).

Pour les mots ci-dessous, je vous conseille de prononcer le H mais il est bon de savoir qu’ils se prononcent sans /h/ chez certains locuteurs. Notamment, la forme avec H muet est courante à New-York mais c’est l’exception plutôt que la règle.

Enfin, pour le mot vehicle, peu importe, les deux sont courants en anglais américain :

Statistiques

Sur les 5 000 mots les plus courants à l’oral en anglais américain, 205 débutent avec la lettre H. Sur ces 205 mots, seuls 9 (listés ci-dessus) ont un H muet, soit moins de 5% des mots.

En somme, retenez les mots ci-dessus et vous serez tranquille pour de bon avec la prononciation du H anglais !

Voir aussi

Pour aller plus loin sur la présence ou l’absence du son /h/ en anglais, voyez :

Maintenant, lisez ceci :

Règles du jeu pour commenter

J'espère que les commentaires sur BilingueAnglais.com seront énergiques, constructifs et intéressants. Cet espace est conçu pour compléter l'article et partager votre expérience ou vos ressources pour apprendre l'anglais.

Pour assurer la qualité du site, tous les commentaires sont relus avant d'être publiés. Les critiques constructives ne sont pas un problème. Les commentaires irrespectueux, mal rédigés, hors-sujets ou commerciaux seront effacés.

Relisez-vous et servez-vous du vérificateur d'orthographe de votre navigateur pour vous assurer d'écrire dans un français ou un anglais sans fautes. Aérez votre texte et utilisez les options de formattage Markdown pour le mettre en valeur. Merci de participer à la vie du site et amusez-vous bien!

Leave a comment

You are leaving a comment on Le h muet en anglais.

Your email address will not be published. Fields marked with an * are required.


Tous les accents anglais avec enregistrements

Tour du monde des accents anglais

Cartes des accents anglais

Quel accent anglais allez-vous explorer aujourd'hui ?

Imaginez… Vous êtes envoyé en mission dans le nord de l’Ecosse, alors que vous n’avez jamais entendu un accent écossais. Ou peut-être dans une petite ville perdue du Sud des Etats-Unis ? Ou bien en Australie ? Comment vous préparer à ces accents anglais inconnus ?

Ou tout simplement, vous apprenez l’anglais depuis un moment et désirez enfin explorer les différents accents anglais, pour savoir ce qui existe et à quoi ils ressemblent, "what they sound like" ?

Ou bien encore, vous avez décidé d’améliorer votre oral mais vous vous demandez encore quel accent anglais choisir ?

Dans tous les cas, Tonton Fabien a préparé une liste de ressources de qualité pour vous : tous les accents anglais, en cartes et avec de l’audio.

Cartes des accents

Commençons avec ce qui se fait de mieux : des cartes du monde qui vous laissent écouter comment les gens parlent anglais dans chaque endroit.

J’ai sélectionné pour vous les deux sites qui sont pour moi les meilleurs parce qu’ils vous permettent de découvrir rapidement et intelligemment un accent.

Les accents anglais sur SoundComparisons

SoundComparisons

SoundComparisons vous permet de comparer la prononciation à travers le monde d’une sélection de 110 mots, dans 47 accents anglais.

(Le site propose la comparaison de beaucoup de langues, donc assurez-vous d’avoir sélectionné Englishes dans le menu déroulant, en haut à gauche du site).

Utilisation : cliquez sur le mot qui vous intéresse dans le panneau de droite, puis utilisez la carte ou les onglets pour écouter la prononciation du mot à travers le monde.

Sélection de liens :

Vous pouvez aussi explorer les accents anglais du Nord de l’Angleterre ou bien encore les accents anglais indiens.

Conseils :

  • Utilisez le bouton lecture pour lire tous les mots d’une traite.
  • Vous pouvez aussi utiliser le panneau de gauche pour choisir parmi les accents, organisés par régions.
  • Comparez les accents qui vous intéressent deux par deux. Rien ne sert de tout faire en même temps. Concentrez-vous sur les accents qui vous intéressent vous.

Ce site est excellent pour comparer les nombreux accent anglais britanniques ou pour commencer à ouvrir son oreille aux différents accents du monde.

Des transcriptions phonétiques sont offertes pour la plupart des enregistrements, ce qui vous permet de travailler les accents anglais avec les yeux, en plus de vos oreilles.

Limites : le site offre peu de données pour les Etats-Unis ; un accent anglais ce n’est pas juste des mots seuls, c’est aussi la mélodie de phrases entières, donc vous voudrez compléter cet excellent site par des enregistrements plus longs.

Les accents anglais sur International Dialects of English Archive

IDEA

IDEA (International Dialects of English Archive) publie un même texte enregistré dans des centaines d’accents anglais, suivi d’une mini-interview où la personne parle librement.

Quelques stats : le site contient plus de 1 300 enregistrements d’environ 100 pays, dont plus de 600 de pays anglophones. Chaque enregistrement donne des informations sur le locuteur (sexe, âge, origines…).

C’est un complément fantastique du site précédent car il vous permet de travailler votre accent à l’échelle de phrases et non plus de mots.

Utilisation : écoutez un ou des enregistrements sur l’accent qui vous intéresse.

Le texte enregistré est Comma Gets a Cure, un texte conçu spécialement pour illustrer les différences entre accents anglais. (Quelques enregistrements plus anciens utilisent le texte The Rainbow Passage à la place).

Sélection de liens : une fois de plus, c’est une ressource énorme, donc voici de quoi vous aider à vous concentrer.

Accents anglais standards :

Accents anglais régionaux :

Je me suis concentré sur les principaux accents, dans des régions où l’anglais est la langue natale, mais le site contient aussi de nombreux enregistrements dans d’autres accents (italien, indien, chinois, etc).

Conseils :

  • Pour sauter le message d’avertissement sur le droit d’auteur au début des enregistrements, utilisez la flèche droite au clavier pour avancer de dix secondes.
  • Si vous préparez un voyage à l’étranger, utiliser ce site est la meilleure manière de vous familiariser avec un accent.
  • Pour imiter un accent (et ainsi améliorer votre accent anglais), utilisez autant que possible un locuteur de même sexe, de même âge et avec le même timbre de voix que vous.

Accents anglais sur ordinateur

Encore plus d’audio

Utilisez en priorité SoundComparisons et International Dialects of English Archive.

Si besoin, voici des ressources supplémentaires. Elles vous seront utiles : soit si vous épuisez celles données ci-dessus, soit si vous avez un objectif précis en tête (par exemple : expatriation dans une région bien précise de l’Angleterre).

The Speech Accent Archive

The Speech Accent Archive contient 2 351 enregistrements en anglais. Il s’agit à chaque fois d’un même texte, court, avec sa transcription phonétique.

Le format minimaliste aide à voir beaucoup d’accents assez rapidement. Le site inclut aussi une fonction de recherche avancée.

Il y a sur ce site 587 enregistrements où la langue natale du locuteur est l’anglais.

British Library Sounds

La partie Accents & Dialects de la British Library offre une vue d’ensemble de l’anglais tel qu’il est parlé à travers le monde et à travers le Royaume-Uni. En particulier :

  • BBC Voices contient 283 interviews avec des britanniques à travers tout le Royaume-Uni (Angleterre, Écosse, Pays de Galles et Irlande du Nord). Les enregistrements sont organisés par county (comté, l’équivalent d’un département).
  • Evolving English VoiceBank offre 131 enregistrements organisés par pays ou génération, puis par ville.
  • Evolving English WordBank présente 283 enregistrements courts qui expliquent le sens de mots d’argot anglais ou le sens de mots régionaux.

Le site offre aussi beaucoup d’autres parties, que ce soit des conversations plus personnelles, des gens qui décrivent leur propre accent, ou bien encore des enregistrements plus anciens pour voir comment l’anglais a évolué avec le temps.

La limite du site est qu’il ne contient pas de transcription des enregistrements. Donc, si vous n’êtes pas encore un minimum habitué aux accents régionaux anglais, vous voudrez débuter par les cartes partagées plus hauts.

Aschmann

Aschmann’s Map of American English Dialects. L’auteur de cette page collectionne les accents américains sous la forme d’une carte et d’un tableau. Le site contient des liens vers près de mille enregistrements.

L’interface du site n’est pas idéale et je vous conseille plutôt de chercher le nom de la ville qui vous intéresse dans le tableau. Quoi qu’il en soit, un projet très intéressant.

La carte fournit une délimitation des dialectes et accents parlés aux Etats-Unis et au Canada et contient beaucoup de détails sur les variations régionales de prononciation.

AmerLangs

American Languages: Our Nation’s Many Voices est la fusion de plusieurs projets pour documenter les variétés d’anglais régional parlées aux Etats-Unis. Ce peut être une source d’audio supplémentaire pour étudier les accents.

L’interface est limitée. Cliquez sur le bouton Search the collection puis tapez le nom d’une ville ou d’un état américain.

En parallèle, le projet a des enregistrements avec transcription de l’audio ici.

Notez que l’essentiel des documents ont été enregistrés à la fin des années 60. Les gens parlent à mon avis plus lentement que de nos jours, ce qui peut être utile.

The Atlas of North American English

The Atlas of North American English se propose de décrire, en explications, en images et avec de l’audio, les accents présents sur le continent nord-américain.

J’ai hésité à l’ajouter à la liste parce que l’interface est vieillotte mais, pour quelqu’un qui désire découvrir les accents américains, c’est une vraie mine d’or. Des bases de phonétique anglaise seront nécessaires pour profiter de ce site.

Quiz !

Quand vous aurez fait le tour des ressources ci-dessus, pourquoi ne pas vous tester un peu sur les accents anglais ?

  • Accent Map of the British Isles
    • But du jeu : reconnaître les divers accents britanniques.
  • Test Your Ear · Un test sur IDEA.
    • But du jeu : reconnaître les divers accents anglais à travers le monde.
  • Test Your Comprehension · Un autre test sur IDEA.
    • But du jeu : comprendre un accent difficile pour les natifs ou pour les étrangers.
      • Le premier ne devrait pas vous poser souci ;-)
      • Ecoutez l’enregistrement et essayez de transcrire ce que la personne dit (sur papier ou ordi). Ensuite, comparez votre réponse avec l’original.

Voir aussi

Pour aller plus loin sur les accents anglais à travers le monde, voyez :


Voilà, ça fait beaucoup de ressources. Trop de ressources ? Internet est une vraie mine d’or et j’ai voulu vous donner ce qu’il y a de mieux. Dites-moi ce que vous pensez de tout cela dans les commentaires.

Enfin, si cet article vous a appris quelque chose, partagez-le avec vos amis qui apprennent l’anglais. Cela me permet de continuer à travailler sur le blog.

Maintenant, lisez ceci :

Règles du jeu pour commenter

J'espère que les commentaires sur BilingueAnglais.com seront énergiques, constructifs et intéressants. Cet espace est conçu pour compléter l'article et partager votre expérience ou vos ressources pour apprendre l'anglais.

Pour assurer la qualité du site, tous les commentaires sont relus avant d'être publiés. Les critiques constructives ne sont pas un problème. Les commentaires irrespectueux, mal rédigés, hors-sujets ou commerciaux seront effacés.

Relisez-vous et servez-vous du vérificateur d'orthographe de votre navigateur pour vous assurer d'écrire dans un français ou un anglais sans fautes. Aérez votre texte et utilisez les options de formattage Markdown pour le mettre en valeur. Merci de participer à la vie du site et amusez-vous bien!

Leave a comment

You are leaving a comment on Tour du monde des accents anglais.

Your email address will not be published. Fields marked with an * are required.


Comment écrire en phonétique anglaise ?

Ecrire en phonétique anglaise au clavier… ou pourquoi pas au marqueur si vous préférez !

Savoir écrire en phonétique anglaise est un excellent moyen de prendre des notes sur la manière dont l’anglais se prononce réellement. Mais encore faut-il savoir comment s’y prendre, alors nous allons voir les outils à notre disposition pour écrire en Alphabet Phonétique International (API), où que vous soyez.

Si vous débutez, le plus pratique est sans doute de copier-coller des exemples. Vous remarquez une prononciation anglaise intéressante ? Allez sur Dictionary.com ou similaire pour retrouver la phonétique du mot anglais et la copier. Vous pouvez aussi copier-coller les symboles du site IPAchart.com – l’avantage est alors que vous pouvez écouter les sons en cliquant sur chaque symbole, avant de les copier (pour les copier, il n’y a pas de fonction spéciale : sélectionnez simplement le texte puis Cmd-C sur Mac, Ctrl-C sous Windows).

Pour un usage régulier – parce que les transcriptions phonétiques sont excellentes pour votre niveau d’anglais oral – le reste de cet article présente d’autres solutions.

Enfin, si vous avez du mal à afficher correctement les symboles phonétiques lorsque vous écrivez (dans Word ou ailleurs), regardez plus bas pour savoir quoi faire.

Ecrire en phonétique anglaise

Si vous souhaitez écrire les symboles phonétiques directement depuis votre ordinateur, plusieurs options :

Sur le Web

L’avantage des solutions Web est qu’elles fonctionnent sur ordinateurs et mobiles.

Le site TypeIt permet écrire en Alphabet Phonétique International. Les symboles qui y sont présentés par défaut sont pour l’anglais (ça tombe bien) mais vous pouvez aussi cliquer sur keyboard with all IPA symbols pour accéder aux symboles phonétiques d’autres langues.

i2speak offre une interface intéressante. Celle-ci permet d’écrire au clavier grâce à un système de raccourcis (cliquez sur le bouton Smart IPA Rules pour voir la liste) et/ou en cliquant sur les symboles à l’écran, organisés par groupe. Cela demande peut-être un petit temps d’adaptation mais qui en vaut la peine si écrivez souvent en API.

Un peu plus avancé : si vous préférez utiliser les diagrammes de l’Alphabet Phonétique International, utilisez ce site IPA Chart Keyboard. Il présente tous les symboles de l’API (toutes langues confondues) organisés selon la manière dont le son s’articule. Il suffit de cliquer sur les symboles pour les écrire.

Clavier pour l'Alphabet Phonétique International L’outil de clavier API de TypeIt

Sur Mac

Allez dans le menu Edit › Emoji & Symbols disponible dans quasiment toutes les applications Mac.

Là, vous avez plusieurs manières d’indiquer le son que vous recherchez :

  • Vous pouvez juste tout faire défiler jusqu’à trouver le son en question (fastidieux…)
  • Vous pouvez taper le nom du son que vous cherchez.
    • Par exemple, « schwa » pour retrouver le fameux son du schwa, /ə/.
    • Par exemple, « esh » pour retrouver le son /ʃ/ (prononcé ssshhhh…).
    • Pratique mais pas parfait vu qu’il faut connaître le nom du son.
  • Plus pratique : vous pouvez y copier-coller le symbole d’une autre source, pour l’ajouter à vos favoris.

Dans tous les cas, vous voudrez certainement ajouter les symboles à vos favoris pour les retrouver facilement par la suite.

Alphabet Phonétique International pour Mac Tous les symboles de l’API anglais sur Mac

Une autre option est d’installer IPA Manager/IPA Palette qui vous permet d’accéder à des diagrammes de l’API via le menu clavier du Mac. L’installation est un peu hasardeuse mais l’outil, une fois installé, très pratique.

Sous Windows

Il n’y a à ma connaissance pas de solution satisfaisante, dans Windows même, pour taper les symboles de l’API. Utilisez les solutions Web ci-dessus ou, pour les niveaux avancés et les linguistes, les claviers spécial API.

Notez que Word permet d’insérer des symboles divers et variés mais ne contient rien de spécialement conçu pour l’API.

TypeIt, déjà cité plus haut, mérite aussi une mention pour une jolie application qui aide à taper l’API sous Windows.

Sur téléphone mobile

Il existe diverses apps pour écrire en API sur mobile, iOS, Android ou autre. Aucune ne semble sortir du lot et je vous conseille d’utiliser le site TypeIt à la place.

Si je suis passé à côté d’une perle, faites-le moi savoir dans les commentaires.

Tous les symboles API pour l’anglais

Pour référence, si vous désirez copier-coller les symboles de l’Alphabet Phonétique International anglais, les voici tous réunis :

  • 24 consonnes : /p b t d k ɡ f v θ ð s z ʃ ʒ tʃ dʒ w ɫ m n ŋ ɹ j h/
  • 10 voyelles simples : /i u ɪ ʊ ə ɛ ɝ ɔ æ ɑ/
  • 5 voyelles doubles ou diphtongues : /eɪ oʊ aɪ aʊ ɔɪ/

Ce sont les symboles pour l’anglais américain. En anglais britannique, vous voudrez aussi utiliser : /ʌ/ et /ɒ/.

Sur Mac, dans Emoji & Symbols, vous pouvez copier-coller la ligne entière pour gagner du temps et ajouter les symboles à vos favoris facilement :

/pbtdkɡθðfvszʃʒwɫmnŋɹjhiuɪʊəɛɝɔæɑeoa/

Remarquez que /tʃ/, /dʒ/ et toutes les diphtongues sont composées de deux symboles.

Pour comprendre, écouter, digérer et maîtriser ce que signifient ces sons, voyez mon infographie interactive sur l’Alphabet Phonétique International anglais.

Polices pour l’API

Pour un affichage correct de l’Alphabet Phonétique International, il est indispensable d’utiliser une police de caractères adaptée (en anglais : font).

De nos jours, beaucoup de polices supportent les symboles phonétiques de l’API.

Parmi celles fréquemment incluses avec le système d’exploitation, on citera :

  • Arial Unicode MS ;
  • Courier New ;
  • Lucida Sans Unicode ;
  • Times New Roman.

Ces trois polices supportent tous les symboles de l’alphabet phonétique international anglais vus plus haut.

Fira Sans, une excellente police pour l'Alphabet Phonétique International, anglais ou autre Fira Sans, une excellente police pour l’API

Si vous voulez de la variété ou une plus jolie police, vous voudrez utiliser une des polices suivantes, disponibles gratuitement et légalement sur Internet et compatibles avec l’API :

(Je recommandais par le passé aussi Andika, très agréable, jusqu’à m’apercevoir que deux de ses symboles, qui devraient être différents, sont représentés par le même caractère).

Je vous recommande avant tout Fira Sans qui est disponible dans de nombreux styles (normal et italique, avec une dizaine de niveaux de graisse !). Un autre bon choix est DejaVu Sans qui est claire, lisible et supporte la mise en forme (normal, gras et/ou italique).

J’ai testé toutes les polices nommées dans cet article pour l’API anglais mais aussi pour l’API d’autres langues (français, espagnol, russe, hongrois) avec succès, donc vous pouvez vous en servir le cœur tranquille.

J’ai exploré des centaines de polices et fait le tri pour vous dans la jungle des polices compatibles API, histoire que vous puissiez tout simplement vous en servir plutôt que perdre votre temps à chercher lesquelles fonctionnent.

Comment écrire l’alphabet phonétique à la main

Quelques mots sur l’écriture manuscrite de l’Alphabet Phonétique International.

Si vous ne les écrivez à la main que ponctuellement, je vous conseille de les écrire en caractères d’imprimerie, c’est ce qu’il y a de plus simple.

Si vous écrivez plus souvent, en revanche, vous serez peut-être intéressé par l’Alphabet Phonétique International cursif.

Avancé : claviers IPA

Si vous avez besoin d’écrire en phonétique (anglaise ou autre) chaque jour, il peut valoir la peine pour vous d’installer des configurations de clavier supplémentaires pour votre système d’exploitation. Ce sera tout particulièrement utile aux linguistes et étudiants en linguistique, de plus en plus nombreux à me suivre.

Exemple de raccourcis clavier pour l'Alphabet Phonétique International Exemple de symboles que vous pouvez taper avec un clavier API

A cette fin, SIL International publie plusieurs configs de clavier pour Mac, Windows et Linux. Elles vous permettent de basculer la langue de votre clavier vers IPA pour taper les symboles de l’API grâce à des raccourcis clavier.

Les configurations de clavier sont disponibles ici, de même que des PDFs pour vous expliquer sous quelle combinaison de touches trouver tel ou tel symbole.

Malheureusement pour beaucoup d’entre vous, ces claviers sont tous des claviers QWERTY. Pour les claviers AZERTY, une possibilité qui s’ouvre à vous est de télécharger les configurations de clavier en question et de les éditer avec Microsoft Keyboard Layout Creator (MSKLC) sous Windows ou Ukulele sur Mac, pour les convertir au format AZERTY.


Voilà, j’espère avoir fait le tour du sujet… Si jamais j’ai oublié quelque chose ou qu’il vous manque des éléments pour taper / écrire l’API, faites-le moi savoir dans les commentaires !

SURTOUT, gardez en tête qu’utiliser la phonétique anglaise est la manière la plus intelligente de vous améliorer à l’oral en anglais, pour savoir comment l’anglais se prononce réellement.


Voir aussi

Pour aller plus loin en phonétique anglaise :

Règles du jeu pour commenter

J'espère que les commentaires sur BilingueAnglais.com seront énergiques, constructifs et intéressants. Cet espace est conçu pour compléter l'article et partager votre expérience ou vos ressources pour apprendre l'anglais.

Pour assurer la qualité du site, tous les commentaires sont relus avant d'être publiés. Les critiques constructives ne sont pas un problème. Les commentaires irrespectueux, mal rédigés, hors-sujets ou commerciaux seront effacés.

Relisez-vous et servez-vous du vérificateur d'orthographe de votre navigateur pour vous assurer d'écrire dans un français ou un anglais sans fautes. Aérez votre texte et utilisez les options de formattage Markdown pour le mettre en valeur. Merci de participer à la vie du site et amusez-vous bien!

Leave a comment

You are leaving a comment on Comment écrire en phonétique anglaise.

Your email address will not be published. Fields marked with an * are required.

  1. Hello Fabien, c’est très clair et hyper utile, as usual ;)
    Je regrette l’absence d’une infographie sur les sons de l’anglais britannique, mais bon, je prends quand même !
    Ce qui me chifonne, quand je cherche la transcription phonétique d’un mot, c’est que les traductions varient selon les sites, voire que certaines me semblent totalement fausses eu égard aux sons de certains phonèmes de l’API. J’imagine que c’est une question de fiabilité des sources. Je vais essayer de m’y remettre… :)
    Congrats ! and keep it up !


Les sons anglais

Can you (h)ear me?!

Pour parler anglais correctement, il est indispensable de savoir quels sons anglais n’existent pas en français.

C’est partant de là que vous allez pouvoir entendre et distinguer ces sons typiquement anglais. Ensuite, vous allez pouvoir articuler et reproduire ces sons. Logique, n’est-ce pas ? Pourtant, en dix ans d’anglais à l’école, personne ne prend la peine de nous dire quels sont ces sons anglais !

Voyons donc enfin ces 14 sons et comment les prononcer en anglais – soit votre guide de la phonétique anglaise .

Les 14 sons anglais

Le français compte 32 sons. L’anglais américain compte 39 sons. (Dans cet article, lorsque l’on parle d’anglais américain, on s’intéresse au General American qui est l’accent standard américain).

Les deux langues ont 25 sons en commun.

Cela nous laisse 14 sons qui existent en anglais mais pas en français. Les voici :

Catégorie
5 consonnes /θ/ /ð/ /ɫ/ /ɹ/ /h/
4 voyelles /ɪ/ /ʊ/ /ɝ/ /æ/
5 diphtongues /eɪ/ /aɪ/ /aʊ/ /ɔʊ/ /ɔɪ/

14 sons, et c’est tout ! Les sons sont donnés ci-dessus en phonétique anglaise, grâce à l’Alphabet Phonétique International (ou API). Si c’est la première fois que vous voyez les symboles phonétiques anglais, pas de souci. Cliquez dessus pour écouter leur prononciation et voir à quoi ils correspondent. Nous allons nous familiariser avec ces sons anglais ci-dessous.

INDISPENSABLE ! Si vous ne connaissez pas mon infographie interactive L’Alphabet Phonétique International anglais, allez dessus pour voir, écouter et mémoriser tous les sons de l’alphabet phonétique anglais. Si vous connaissez déjà le document, je vous conseille de l’ouvrir en parallèle pour compléter cet article.

Les consonnes en anglais

Une consonne est un son produit en bloquant, complètement ou en partie, le passage de l’air. Voyons les consonnes anglaises qui n’existent pas en français.

Remarquez qu’il existe deux sons TH en anglais, symboles API : /θ/ et /ð/.

/θ/ comme dans panther

Le premier son TH :

/θ/ comme dans panther /ˈpæn·θɝ/. C’est aussi le son du mot thing /θɪŋ/.

Le son /θ/ se produit en plaçant la pointe de la langue entre les dents de devant, pour perturber le passage de l’air.

Vos cordes vocales restent au repos : si vous faites durer le son, vous ne devez pas sentir de vibrations dans vos cordes vocales.

Les natifs produisent ce son rapidement et naturellement de telle manière que la pointe de la langue passe à peine entre les dents de devant.

En revanche, pour un francophone qui apprend à faire ce son, il y a deux risques :

  • D’abord, vous risquez de trouver que placer votre langue entre les incisives n’est pas naturel et donc de faire les choses à moité, de manière hésitante – et donc de ne pas placer la pointe de votre langue suffisamment loin.
  • Ensuite, l’autre risque c’est d’essayer de faire les choses trop subtilement, trop rapidement, et donc – encore une fois – de ne pas placer votre langue suffisamment loin !

Dans les deux cas, ça vous amènerait à faire un son /s/ alors que vous pensiez faire le son correct /θ/. Comparez :

Pour bien débuter et rapidement bien articuler les sons TH, le mieux est si vous exagérez les choses au début.

Pour exagérer, c’est simple : placez la langue franchement loin, en plaçant la pointe de la langue devant les dents du haut. C’est-à-dire : articulez un son /s/ mais en plaçant la pointe de la langue repliée devant vos incisives, plutôt que derrière, et vous aurez le /θ/.

Son TH en anglais (panther) Le premier son TH anglais : /θ/ comme dans panther

Cette exagération vous permet de produire le son TH à coup sûr et cela rend votre articulation compréhensible des anglophones. Comme le son devient naturel et que vous vous habituez à sa sensation, votre prononciation deviendra plus fluide et naturelle mais, pour l’heure, gardez en tête de le surfaire car le risque est sinon d’oublier dans le feu de l’action et de produire un /s/.

Prenons des exemples du premier son TH parmi les mots les plus courants :

Type d’exemple Mot 1 Mot 2 Mot 3 Mot 4 Mot 5
Les 5 mots les plus courants think
/θɪŋk/
thing
/θɪŋ/
something
/ˈsəmˌθɪŋ/
thank
/θæŋk/
through
/θɹu/
Mots avec le son en début de mot three
/θɹi/
thanks
/θæŋks/
throw
/θɹoʊ/
threat
/θɹɛt/
third
/θɝd/
Mots avec le son au milieu du mot everything
/ˈɛv·ɹiˌθɪŋ/
nothing
/ˈnəθ·ɪŋ/
authority
/əˈθɔɹ·ɪ·ti/
healthy
/ˈhɛɫ·θi/
birthday
/ˈbɝθˌdeɪ/
Mots avec le son en fin de mot month
/mənθ/
both
/boʊθ/
health
/hɛɫθ/
death
/dɛθ/
truth
/tɹuθ/
/θ/ comme dans panther /ˈpæn·θɝ/

Répétez et essayez chez vous.

Entraînez-vous et amusez-vous à faire l’erreur de remplacer volontairement vos TH par des S pour contraster la différence entre les deux sons (et vice-versa sur des exemples de votre choix). Terminez en prononçant bien chaque mot avec son son TH.

/ð/ comme dans feather

Nous pouvons maintenant passer au second son TH :

/ð/ comme dans feather /ˈfɛð·ɝ/. C’est aussi le son du mot that /ðæt/.

Ce second son TH, /ð/, s’articule exactement comme le premier son TH, /θ/, sauf que les cordes vocales vibrent cette fois-ci.

Pour vérifier si vos cordes vocales vibrent ou non, c’est facile :

  • Mettez la paume de votre main sur votre gorge (un peu comme si vous vouliez vous étrangler !)
  • Maintenant, répétez le son S – /sə sə sə sə sə…/
    • Vos cordes vocales ne vibrent pas.
  • Mais, si vous répétez le son Z – /zə zə zə zə zə…/
    • Eh bien, vous sentez que vos cordes vocales vibrent.

Répétez. Essayez les deux séries de sons ci-dessus chez vous. Est-ce que vous sentez la différence ? Autrement dit :

La différence entre le premier son TH /θ/ et le second son TH /ð/ est la même qu’entre, respectivement, /s/ et /z/.

Son TH en anglais (feather) Le second son TH anglais : /ð/ comme dans feather

Pour résumer : placez la pointe de la langue au-delà de vos incisives, faites vibrez vos cordes vocales… et vous avez le son /ð/ de feather.

Passons aux exemples pour nous entraîner à bien prononcer. Répétez-les chez vous en faisant attention à placer la pointe de votre langue au-delà des incisives :

Type d’exemple Mot 1 Mot 2 Mot 3 Mot 4 Mot 5
Les 5 mots les plus courants the
/ðə/
that
/ðæt/
this
/ðɪs/
they
/ðeɪ/
there
/ðɛɹ/
Mots avec le son en début de mot them
/ðɛm/
then
/ðɛn/ ou /ðən/
than
/ðæn/ ou /ðən/
themselves
/ðəmˈsɛɫvz/
therefore
/ˈðɛɹˌfɔɹ/
Mots avec le son au milieu du mot other
/ˈəð·ɝ/
another
/əˈnəð·ɝ/
whether
/ˈwɛð·ɝ/
together
/təˈgɛð·ɝ/
mother
/ˈməð·ɝ/
Mots avec le son en fin de mot breathe
/bɹið/
smooth
/smuð/
bathe
/beɪð/
soothe
/suð/
clothe
/kɫoʊð/
/ð/ comme dans feather /ˈfɛð·ɝ/

Le risque pour les francophones est de prononcer un son /z/ au lieu de /ð/.

Comme pour le premier son TH, veillez à bien à placer la pointe de la langue suffisamment loin pour produire le son attendu.

/ɫ/ comme dans lion

Le son /ɫ/ comme dans lion /ˈɫaɪ·ən/.

On peut distinguer deux types de son L :

  • Le L clair noté /l/, utilisé en français.
  • Le L sombre noté /ɫ/ (dark L), utilisé en anglais américain.

(Quant à l’anglais britannique, il utilise le L clair [l] avant une voyelle et le L sombre [ɫ] dans les autres positions. Les dictionnaires simplifient tout cela par la notation /l/ quel que soit le dialecte anglais ou le mot concerné).

Comment articuler ce son /ɫ/ ?

Prenez d’abord conscience du L français, /l/, qui s’articule avec la pointe ou l’avant de la langue. (Ce point d’articulation varie selon la personne mais se situe toujours vers l’avant de la bouche pour le L français).

Maintenant, partez du L français mais ajoutez un second point d’articulation en levant le dos ou l’arrière de votre langue.

C’est un peu comme si vous essayiez d’avaler votre langue : levez le dos ou l’arrière de la langue pour le rapprocher du voile du palais. (Le voile du palais est la partie molle du palais située avant l’entrée de votre gorge. Touchez-la – sans vous faire vomir ! – si nécessaire).

En levant ainsi le dos ou l’arrière de votre langue, vous allez modifier la qualité du son et cela vous donne le /ɫ/ utilisé en anglais américain (ou à la fin des mots en anglais britannique).

Son anglais L Le /ɫ/ anglais commme dans lion – Le sens-tu au fond de ta bouche ?!

Si vous prononcez [l] à la place de [ɫ], ce n’est pas gênant – vous serez dans tous les cas compris. Par contre, prendre conscience de cette subtilité vous aidera d’autant plus à améliorer votre accent anglais et à le rapprocher de celui d’un natif.

Les mots les plus courants avec le son /ɫ/ sont :

Type d’exemple Mot 1 Mot 2 Mot 3 Mot 4 Mot 5
Les 5 mots les plus courants all
/ɔɫ/
well
/wɛɫ/
like
/ɫaɪk/
look
/ɫʊk/
let
/ɫɛt/
Mots avec le son en début de mot little
/ˈɫɪt·əɫ/
love
/ˈɫəv/
leave
/ɫiv/
life
/ɫaɪf/
lot
/ɫɑt/
Mots avec le son au milieu du mot really
/ˈɹiɫ·i/
please
/pɫiz/
only
/ˈoʊnɫ·i/
hello
/hɛˈɫoʊ/
help
/hɛɫp/
Mots avec le son en fin de mot tell
/tɛɫ/
will
/wɪɫ/
call
/kɔɫ/
people
/ˈpip·əɫ/
feel
/fiɫ/
/ɫ/> comme dans lion /ˈɫaɪ·ən/

/ɹ/ comme dans rabbit

Passons maintenant au son R anglais :

/ɹ/ comme dans rabbit /ˈɹæb·ɪt/.

Alors, comment prononcer le r en anglais ?

Ce son s’articule avec la langue, qui est plate, rétractée un peu vers l’arrière et, surtout, touche les dents sur les côtés. Votre bouche est un peu contractée. Tout cela rétrécit l’endroit par lequel l’air peut passer dans votre bouche. Cela perturbe le passage de l’air pour obtenir le son désiré.

On va comparer avec le R français – /ʀ/.

  • Sur le R français, on articule en bloquant le passage de l’air au début de la gorge : /ʀə…/. Répétez chez vous pour le sentir. Ça se fait en serrant la gorge pour perturber le passage de l’air.
  • En anglais, à l’inverse : on articule le R bien plus à l’avant de la bouche. C’est-à-dire : on va perturber le passage de l’air avec la langue, vers le centre de la bouche : /ɹə ɹə ɹə ɹə ɹə…//ˈɹæb·ɪt/.

C’est proche du son /w/. Comparons ce son /ɹ/ anglais au son /w/ que l’on a en français et en anglais (dans les mots « oui » et we). Les sons sont assez proches, sauf que :

  • Pour le son /w/, le passage de l’air est bloqué légèrement par l’arrière de la bouche. (Cela se fait en levant le dos ou l’arrière de la langue pour le rapprocher du voile du palais, qui est la partie molle du palais, avant l’entrée de la gorge). De plus, les lèvres s’arrondissent – /w/.
  • Pour le /ɹ/ anglais, l’air est bloqué vers l’avant de la bouche et les lèvres ne sont pas aussi arrondies. Le passage de l’air est davantage perturbé pour produire un son plus fort.
  • Comparez /w w w w w…/ et /ɹ ɹ ɹ ɹ ɹ…/.
  • Comparez /wɪtʃ/ (lequel) et /ɹɪtʃ/ (être riche) :
    • /wɪtʃ/ · /w/, c’est articulé à l’arrière de la bouche.
    • /ɹɪtʃ/ · /ɹ/, c’est articulé à l’avant de la bouche.

Astuce : si vous faites durer ces sons, vous devez sentir que le passage de l’air est davantage perturbé (plus de vibration) sur /ɹ/ que sur /w/.

Comment prononcer le R en anglais Est-ce que tu arrives à prononcer le R en anglais, mon lapin ?

Voyons les mots les plus courants avec le son anglais /ɹ/ :

Type d’exemple Mot 1 Mot 2 Mot 3 Mot 4 Mot 5
Les 5 mots les plus courants your
/jʊɹ/
here
/hɪɹ/
right
/ɹaɪt/
really
/ˈɹiɫ·i/
there
/ðɛɹ/
Mots avec le son en début de mot remember
/ɹɪˈmɛm·bɝ/
run
/ɹən/
real
/ɹiɫ/
room
/ɹum/
ready
/ˈɹɛd·i/
Mots avec le son au milieu du mot great
/ɡɹeɪt/
sorry
/sɑɹ·i/
very
/ˈvɛɹ·i/
try
/tɹaɪ/
friend
/fɹɛnd/
Mots avec le son en fin de mot where
/wɛɹ/
more
/mɔɹ/
year
/jɪɹ/
hear
/hɪɹ/
their
/ðɛɹ/
/ɹ/ comme dans rabbit /ˈɹæb·ɪt/

Une remarque qui a son importance : à la fin de beaucoup de mots (et, au sein des mots, à la fin de beaucoup de syllabes), on utilise souvent un son différent dont on parle plus bas, le son /ɝ/ du mot purple /ˈpɝ·pəɫ/.

/h/ comme dans horse

Le son anglais /h/ comme dans horse /hɔɹs/.

C’est aussi le son du mot hello /hɛˈɫoʊ/. En français, on dit le mot « hello » sans prononcer le H (h muet) mais, en anglais, ce mot se prononce toujours avec le son H, /h/ !

C’est un son anglais qui est très très facile à faire pour les francophones – à condition d’y penser !

Le son H se produit au niveau de la glotte. La glotte, c’est la partie à l’intérieur de la gorge située avant les cordes vocales. C’est le début de la gorge si vous voulez.

C’est là que vous devez sentir et produire le son /h//hə hə hə hə hə…/. C’est un son que l’on peut retrouver en français dans des exclamations comme « hahaha », « hohoho », « hihihi » et ainsi de suite.

Le son anglais H Yeehaw! Voyons le /h/ anglais de horse, cowboy !

Gardez en tête que la grande majorité des mots qui s’écrivent avec la lettre H en anglais se prononcent avec ce son /h/, qui doit s’entendre.

C’est ce qui fait la différence entre I hate you! (/heɪt/) « Je te déteste ! » et I ate you (/eɪt/) « Je t’ai mangé »…

Alors, quelques exemples parmi les mots les plus courants en anglais :

Type d’exemple Mot 1 Mot 2 Mot 3 Mot 4 Mot 5
Les 5 mots les plus courants have
/hæv/
he
/hi/
who
/hu/
his
/hɪz/
here
/hɪɹ/
Mots avec le son en début de mot how
/haʊ/
him
/hɪm/
her
/hɝ/
happen
/ˈhæp·ən/
here
/hɪɹ/
Mots avec le son au milieu du mot ahead
/əˈhɛd/
perhaps
/pɝˈhæps/
behind
/bɪˈhaɪnd/
neighborhood
/ˈneɪ·bɝˌhʊd/
somehow
/ˈsəmˌhaʊ/
Mots avec le son en fin de mot Il n’y a pas de mots qui se terminent par le son /h/
/h/ comme dans horse /hɔɹs/

Attention ! Certains mots se prononcent avec un h muet en anglais (le h s’écrit mais ne se prononce pas). Retrouvez la liste ici : Liste des mots avec un h muet en anglais.

Les voyelles en anglais

Une voyelle est un son produit en laissant passer l’air librement. Nous allons d’abord voir les voyelles simples de l’anglais (aussi appelées monophtongues).

Vous avez trois grandes options pour produire une voyelle simple :

  • A quel point ouvrez-vous ou fermez-vous la bouche ? (Axe vertical sur le graphique ci-dessous).
  • Où placez-vous votre langue : vers l’avant ? Vers l’arrière ? Et jusqu’à quel point ? (Axe horizontal sur le graphique ci-dessous).
  • Quelle est la forme de vos lèvres : détendues ou arrondies ?

Ces trois moyens d’agir nous aident à situer la voyelle dans notre bouche.

Votre navigateur ne supporte pas les images au format SVG ou ne peut pas trouver l’image. Une version non-interactive a été utilisée en remplacement.

Diagramme des voyelles en anglais (PNG)

Le diagramme des voyelles en anglais (interactif)

Notez que l’infographie ci-dessus vous permet d’écouter le son seul isolé (en cliquant sur le symbole phonétique), le mot seul à vitesse normale (en cliquant sur la couleur) et le mot seul lentement (en cliquant une seconde fois sur la couleur ou bien en maintenant la touche Alt appuyée). (L’infographie fonctionne et est interactive sur, globalement, tous les navigateurs de moins de cinq ans.).

Les 4 voyelles simples qui existent en anglais mais pas en français sont :

/ɪ/, /ʊ/, /ɝ/ and /æ/.

/ɪ/ comme dans pink

/ɪ/ comme dans pink /pɪŋk/.

C’est un son à mi-chemin entre le /i/ de green et le /ə/ de dust.

Notez que /ɪ/ est bref et explosif alors que /i/ est long et détendu. Dans le premier cas, on tend les lèvres ; dans le second on les détend, on sourit. Comparez :

Une autre manière de présenter ce son : il se situe entre le /e/ du français « clé » et le /i/ du français « fini » mais avec la langue un peu plus vers l’arrière de la bouche.

Le son anglais I (i bref, explosif) /ɪ/ comme dans pink

En somme, /ɪ/ se prononce avec :

  • La bouche presque fermée – mais pas autant que sur /i/.
  • La langue presque aussi loin que possible à l’avant de la bouche – mais, encore une fois, pas autant que sur /i/.
  • Les lèvres non arrondies – mais vous devez néanmoins prononcer le son de manière explosive, avec une certaine tension dans vos lèvres.

Pensez au graphique vu plus haut pour retenir la position et l’articulation de ce son.

On va prendre des exemples pour s’entraîner.

Répétez-les chez vous en faisant attention au degré d’ouverture de votre bouche ; à la position avant-arrière de votre langue ; à la tension dans vos lèvres, tendues.

Type d’exemple Mot 1 Mot 2 Mot 3 Mot 4 Mot 5
Les 5 mots les plus courants in
/ɪn/
it
/ɪt/
this
/ðɪs/
with
/wɪθ/
think
/θɪŋk/
Mots avec le son en début de mot if
/ɪf/
into
/ˈɪn·tu/
issue
/ˈɪ·ʃu/
important
/ɪmˈpɔɹ·tnt/
exactly
/ɪgˈzækt·ɫi/
Mots avec le son au milieu du mot his
/hɪz/
will
/wɪɫ/
because
/bɪˈkɔz/
thing
/θɪŋ/
him
/hɪm/
Mots avec le son en fin de mot Il n’y a pas de mots qui se terminent par le son /ɪ/
/ɪ/ comme dans pink /pɪŋk/

/ʊ/ comme dans wood

Attaquons /ʊ/ comme dans wood /wʊd/.

Que ce soit le mot wood (du bois) ou would (l’auxiliaire), les deux se prononcent pareils lorsqu’ils sont accentués. (Quand l’auxiliaire, would, n’est pas articulé, il se prononce de manière plus centrale : /wəd/).

C’est un son à mi-chemin entre le /ə/ de dust et le /u/ de blue.

Avec /ʊ/, le risque pour les francophones est de le prononcer comme le /u/ de blue. Concentrons-nous sur leurs différences :

  • Sur /u/, comme on peut le voir sur le graphique (coin supérieur droit), la bouche est fermée au maximum et la langue est placée au maximum vers l’arrière.
  • Mais /ʊ/ est un son plus central que /u/ (sans être aussi central que le /ə/ de dust).

Donc, pour bien articuler /ʊ/, c’est simple, en partant de /u/ : ouvrez un peu plus la bouche et avancez un peu plus la langue.

Les américains expliquent ce son comme celui que l’on produirait si on se prenait un coup de poing dans le ventre/ʊ/ !

Le son anglais ʊ (wood) /ʊ/ comme dans wood

Pour résumer, /ʊ/ se prononce avec :

  • La bouche presque fermée (même degré de fermeture que pour /ɪ/).
  • La langue presque aussi loin que possible à l’arrière de la bouche – mais pas aussi à l’arrière que sur /u/.
  • Les lèvres arrondies.

Encore une fois, songez au graphique pour retenir la position et l’articulation de ce son.

Prenons des exemples pour nous entraîner. Répéter chez vous à tue-tête :

Type d’exemple Mot 1 Mot 2 Mot 3 Mot 4 Mot 5
Les 5 mots les plus courants would
/wʊd/
look
/ɫʊk/
could
/kʊd/
good
/gʊd/
should
/ʃʊd/
Mots avec le son en début de mot Il n’y a pas de mots qui commencent par le son /ʊ/
Mots avec le son au milieu du mot woman
/ˈwʊm·ən/
put
/pʊt/
book
/bʊk/
pull
/pʊɫ/
full
/fʊɫ/
Mots avec le son en fin de mot Il n’y a pas de mots qui se terminent par le son /ʊ/
/ʊ/ comme dans wood /wʊd/

/ɝ/ comme dans purple

/ɝ/ comme dans purple /ˈpɝ·pəɫ/.

C’est une voyelle bien sûr mais c’est un son qui ressemble un petit peu à la consonne /ɹ/. On commence sur une voyelle mais celle-ci tire ensuite vers une sorte de R. En anglais, on appelle ce type de voyelle une voyelle R-colored (littéralement, « une voyelle avec une teinte de R ») ou voyelle rhotique en français.

(C’est la particularité de ce son et remarquez que cela se retrouve dans le symbole même du son : le crochet droit ˞ signifie que le son est rhotique).

Pour l’articuler : ce son est quasiment le même que le /ə/ de dust mais on ouvre un peu plus la bouche ; et, surtout, on transforme le son en une sorte de son R, en bloquant en partie le passage de l’air.

Ce blocage se fait en rapprochant la pointe de la langue du palais et/ou en rapprochant le dos de la langue du palais, et/ou en serrant la gorge. Voyez quelle option ou combinaison est la plus confortable pour vous pour produire ce son.

Le son anglais /ɝ/ (purple) /ɝ/ comme dans purple

Pour résumer, /ɝ/ se prononce avec :

  • La bouche au deux tiers ouvertes – un peu plus ouverte que sur le /ə/ de dust.
  • La langue au centre de la bouche.
  • Les lèvres détendues.
  • En tirant le son vers un son R en bloquant en partie le passage de l’air.

Les mots les plus courants avec ce son /ɝ/, répétez chez vous, sont :

Type d’exemple Mot 1 Mot 2 Mot 3 Mot 4 Mot 5
Les 5 mots les plus courants her
/hɝ/
never
/ˈnɛv·ɝ/
over
/ˈoʊv·ɝ/
work
/wɝk/
first
/fɝst/
Mots avec le son en début de mot early
/ˈɝɫ·i/
Earth
/ˈɝθ/
earn
/ˈɝn/
urban
/ˈɝb·ən/
urge
/ˈɝdʒ/
Mots avec le son au milieu du mot girl
/ɡɝɫ/
person
/ˈpɝs·ən/
turn
/tɝn/
world
/wɝɫd/
understand
/ˌən·dɝˈstænd/
Mots avec le son en fin de mot ever
/ˈɛv·ɝ/
after
/ˈæft·ɝ/
other
/ˈəð·ɝ/
remember
/ɹɪˈmɛm·bɝ/
another
/ənˈəð·ɝ/
/ɝ/ comme dans purple /ˈpɝ·pəɫ/

Note : dans certains dictionnaires, ce son anglais est représenté par un simple /əɹ/, ce qui manque de précision. La notation ci-dessus est bien plus utile parce qu’elle vous permet de prendre conscience de la différence entre /ɹ/ et /ɝ/, deux sons différents niveaux écoute comme prononciation.

/æ/ comme dans sand

/æ/ comme dans sand /sænd/.

Pour produire ce son, essayez simplement de faire un son entre le /a/ du français « chat » et le /ɛ/ du français « quel », une sorte de /a/ qui tire vers le /ɛ/ : /æ/.

C’est un bon exercice parce que c’est un son clairement anglais qui n’existe pas en français mais qui est simple à adopter. Vous êtes habitué à prononcer certain sons depuis l’enfance grâce au français. Apprendre à faire ce son vous enseigne à trouver un niveau intermédiaire entre deux sons que vous connaissez déjà, pour prononcer un son nouveau, jusqu’alors inconnu.

Apprendre à articuler l’anglais, c’est apprendre à positionner sa bouche, sa langue et ses lèvres différemment – et ce son-ci est un des meilleurs exemples.

Le son anglais /æ/ (sand) /æ/ comme dans sand

Pour résumer, /æ/ se prononce avec :

  • La bouche presque complètement ouverte – mais pas autant que sur le /a/ du français « chat ».
  • La langue aussi à l’avant que possible.
  • Les lèvres détendues.

La clef est donc de fermer la bouche un peu plus que sur le /a/ de « chat ».

Pratiquons ce son anglais /æ/ sur les mots les plus courants :

Type d’exemple Mot 1 Mot 2 Mot 3 Mot 4 Mot 5
Les 5 mots les plus courants and
/ænd/
have
/hæv/
that
/ðæt/
at
/æt/
can
/kæn/
Mots avec le son en début de mot as
/æz/
absolutely
/ˌæb·səˈlut·li/
action
/ˈæk·ʃən/
add
/æd/
act
/ækt/
Mots avec le son au milieu du mot back
/bæk/
man
/mæn/
happen
/ˈhæp·ən/
thank
/θæŋk/
fact
/fækt/
Mots avec le son en fin de mot yeah
/jæ/
Pas d’autres mots qui se terminent par le son /æ/
/æ/ comme dans sand /sænd/

Les diphtongues en anglais

On vient de voir les voyelles dites simples. Passons aux diphtongues.

Une diphtongue, c’est une voyelle double. C’est-à-dire que l’on commence l’articulation sur une voyelle bien précise, puis on glisse vers une autre voyelle. (Ça se retrouve dans l’étymologie du mot : le mot « diphtongue » vient du grec et signifie littéralement « double son »).

Il n’y a pas de coupure entre les deux sons qui forment la diphtongue. On glisse du premier son vers le second, le tout en une seule syllabe.

Ce phénomène est illustré visuellement par une flèche sur les diagrammes. On part du son de départ (logique !) et la flèche nous indique vers quel son on glisse :

Votre navigateur ne supporte pas les images au format SVG ou ne peut pas trouver l’image. Une version non-interactive a été utilisée en remplacement.

Diagramme des diphtongues en anglais (PNG)

Le diagramme des diphtongues en anglais (interactif)

Honnêtement, le nom est plus compliqué que la chose qu’il désigne ! Il n’y a pas vraiment de diphtongues en français mais on en connaît plusieurs dans des mots d’origine anglaise. Quelques exemples :

  • flyer
  • design — la seconde voyelle est une diphtongue
  • pipeline — les deux voyelles sont des diphtongues

Les diphtongues sont simples à produire pour les francophones, une fois de plus, pourvu d’y prêter attention !

Faisons le tour des diphtongues anglaises. Il n’y en a que cinq pour l’anglais américain.

/eɪ/ comme dans jade

Commençons par /eɪ/ comme dans jade /dʒeɪd/ (la couleur vert jade).

Comme indiqué par la flèche sur le diagramme, on commence sur le son /e/, au départ de la flèche…
…et on termine sur le son /ɪ/ (comme dans pink, bref et explosif), c’est la fin de la flèche.

En une seule syllabe, en un glissement, /e · ɪ/ donne : /eɪ//dʒeɪd/.

Les mots les plus courants avec la diphtongue anglaise /eɪ/ sont :

Type d’exemple Mot 1 Mot 2 Mot 3 Mot 4 Mot 5
Les 5 mots les plus courants they
/ðeɪ/
say
/seɪ/
make
/meɪk/
take
/teɪk/
way
/weɪ/
Mots avec le son en début de mot able
/ˈeɪ·bəɫ/
age
/eɪdʒ/
eight
/eɪt/
aid
/eɪd/
aim
/eɪm/
Mots avec le son au milieu du mot case
/keɪs/
great
/gɹeɪt/
state
/steɪt/
same
/seɪm/
always
/ˈɔɫ·weɪz/
Mots avec le son en fin de mot day
/deɪ/
today
/təˈdeɪ/
may
/meɪ/
okay
/ˌoʊˈkeɪ/
play
/pɫeɪ/
/eɪ/ comme dans jade /dʒeɪd/

Répétez plusieurs fois pour vous approprier le phénomène des diphtongue en général et ce son en particulier.

/aɪ/ comme dans lime

Ensuite, /aɪ/ comme dans lime /ɫaɪm/ (la couleur vert citron ; ou le fruit, le citron vert).

On commence sur un son /a/ ouvert et on glisse vers le /ɪ/, bref et explosif. (Retourner au diagramme des diphtongues).

/a · ɪ/, en une syllabe, donne /aɪ//ɫaɪm/.

Les mots les plus courants avec la diphtongue anglaise /aɪ/ sont :

Type d’exemple Mot 1 Mot 2 Mot 3 Mot 4 Mot 5
Les 5 mots les plus courants I
/aɪ/
by
/baɪ/
my
/maɪ/
time
/taɪm/
right
/raɪt/
Mots avec le son en début de mot idea
/aɪˈdi·ə/
either
/ˈaɪð·ɝ/
eye
/aɪ/
identify
/aɪˈdɛn·təˌfaɪ/
item
/ˈaɪ·təm/
Mots avec le son au milieu du mot like
/ɫaɪk/
find
/faɪnd/
life
/ɫaɪf/
child
/tʃaɪɫd/
kind
/kaɪnd/
Mots avec le son en fin de mot why
/waɪ/
try
/traɪ/
guy
/gaɪ/
high
/haɪ/
die
/daɪ/
/aɪ/ comme dans lime /ɫaɪm/

/aʊ/ comme dans brown

Ensuite, /aʊ/ comme dans brown /bɹaʊn/ (marron).

On commence aussi sur /a/ et on glisse cette fois-ci vers /ʊ/ comme wood. (↑ Diagramme).

/a · ʊ/ en une syllabe donne : /aʊ//bɹaʊn/.

Répétez chez vous en même temps !

Les mots les plus courants avec la diphtongue anglaise /aʊ/ sont :

Type d’exemple Mot 1 Mot 2 Mot 3 Mot 4 Mot 5
Les 5 mots les plus courants about
/əˈbaʊt/
now
/naʊ/
out
/aʊt/
how
/haʊ/
down
/daʊn/
Mots avec le son en début de mot our
/aʊ·ɝ/
hour
/aʊ·ɝ/
outcome
/ˈaʊtˌkəm/
ours
/aʊ·ɝz/
outfit
/ˈaʊtˌfɪt/
Mots avec le son au milieu du mot around
/əˈɹaʊnd/
without
/wɪðˈaʊt/
house
/haʊs/
town
/taʊn/
ground
/gɹaʊnd/
Mots avec le son en fin de mot allow
/əˈɫaʊ/
somehow
/ˈsəmˌhaʊ/
wow!
/waʊ/
cow
/kaʊ/
eyebrow
/ˈaɪˌbraʊ/
/aʊ/ comme dans brown /bɹaʊn/

NOTE : non accentué, our devient simplement /ɑr/.

Les diphtongues en anglais Les diphtongues en anglais

/oʊ/ comme dans gold

Maintenant, avant-dernière diphtongue : /oʊ/ comme dans gold /goʊɫd/ (de l’or).

On commence sur /o/ et on glisse vers /ʊ/ comme dans wood. (↑ Diagramme).

/o · ʊ/ donne, en une seule syllabe : /oʊ//goʊɫd/.

Répétez chez vous en prenant soin à bien dire une diphtongue, avec glissement vers /ʊ/, plutôt qu’un simple /o/.

Les mots les plus courants avec la diphtongue anglaise /oʊ/ sont :

Type d’exemple Mot 1 Mot 2 Mot 3 Mot 4 Mot 5
Les 5 mots les plus courants go
/goʊ/
know
/noʊ/
so
/soʊ/
those
/ðoʊz/
also
/ˈɔl·soʊ/
Mots avec le son en début de mot over
/ˈoʊv·ɝ/
only
/ˈoʊn·ɫi/
okay
/ˌoʊˈkeɪ/
own
/oʊn/
old
/oʊɫd/
Mots avec le son au milieu du mot most
/moʊst/
program
/ˈproʊ·gɹæm/
moment
/ˈmoʊ·mənt/
whole
/hoʊɫ/
hold
/hoʊɫd/
Mots avec le son en fin de mot no
/noʊ/
show
/ʃoʊ/
ago
/əˈgoʊ/
though
/ðoʊ/
video
/ˈvɪd·iˌoʊ/
/oʊ/ comme dans gold /goʊɫd/

/ɔɪ/ comme dans turquoise

Enfin, dernière diphtongue, /ɔɪ/ comme dans turquoise /ˈtɝ·kɔɪz/ (turquoise).

On commence sur le son /ɔ/ comme dans mauve et on glisse vers le /ɪ/. (↑ Diagramme).

/ɔ · ɪ/ en une seule syllabe donne : /ɔɪ//ˈtɝ·kɔɪz/.

Répétez chez vous.

Les mots les plus courants avec la diphtongue anglaise /ɔɪ/ sont :

Type d’exemple Mot 1 Mot 2 Mot 3 Mot 4 Mot 5
Les 5 mots les plus courants boy
/bɔɪ/
point
/pɔɪnt/
enjoy
/ɛnˈdʒɔɪ/
join
/dʒɔɪn/
choice
/tʃɔɪs/
Mots avec le son en début de mot oil
/ɔɪɫ/
oy!
/ɔɪ/
oyster
/ˈɔɪ·stɝ/
ointment
/ˈɔɪnt·mənt/
Mots avec le son au milieu du mot voice
/vɔɪs/
toilet
/ˈtɔɪ·ɫət/
noise
/nɔɪz/
employee
/ˌɛm·pɫɔɪˈi/
disappoint
/ˌdɪs·əˈpɔɪnt/
Mots avec le son en fin de mot destroy
/dɪˈstrɔɪ/
toy
/tɔɪ/
annoy
/əˈnɔɪ/
cowboy
/ˈkaʊˌbɔɪ/
joy
/dʒɔɪ/
/ɔɪ/ comme dans turquoise /ˈtɝ·kɔɪz/

Erreurs des francophones

Sur les diphtongues, l’erreur la plus courante est de prononcer les diphtongues comme des voyelles simples.

Par exemple, au lieu de dire [goʊɫd], un francophone qui ne connaît pas la phonétique risque de dire [gold] comme si c’était une voyelle simple – mais ce n’est pas une voyelle simple ! Donc articulez bien [goʊɫd], gold.

Ce qui nous fait faire des erreurs aussi, c’est qu’il y a de nombreux mots anglais que l’on utilise en français avec la prononciation française. Et du coup, ça nous donne de mauvaises habitudes de prononciation.

C’est pour ça que le franglais est une mauvaise idée. Quand on parle franglais, on massacre le vocabulaire du français et on massacre la prononciation de l’anglais. Alors que, si on fait un peu attention, on peut soigner les deux langues et avoir une bonne prononciation dans chaque.

Quelques exemples pour vous éviter l’erreur.

  • cheesecake. En anglais, on ne dit pas *[tʃizˈkek] mais [ˈtʃizˌkeɪk].
  • pacemaker. En anglais, on ne dit pas *[pɛsmɛˈkœʀ] mais [ˈpeɪsˌmeɪkɝ].
    • Encore une fois, pas *[e] mais [eɪ].
  • email. En anglais, on ne dit pas *[i’mel] mais [ˈi·meɪl] – pas *[e] mais [eɪ].
    • (Et l’accent est sur la première syllabe).
  • toast. En anglais, on ne dit pas *[tost] mais [toʊst].
    • Pas *[o] mais [oʊ], comme dans gold.

Et ainsi de suite.

Faites simplement attention aux diphtongues et vous allez déjà améliorer la clarté de votre prononciation en anglais.

Notez pour terminer l’orthographe anglaise du mot et sa prononciation :

diphthong /ˈdɪf·θɔŋ/.

C’est tout pour les diphtongues en anglais.

Entendre les sons anglais

Un principe à graver dans votre mémoire pour progresser à l’oral en anglais :

Entendre les sons anglais

On ne peut reproduire correctement que ce que l’on entend correctement.

Les explications ci-dessus vous ont aidé, je l’espère, à travailler votre oreille et votre articulation mais il restera impossible de prononcer ces sons à la perfection tant que vous n’entendez pas la différence entre un son anglais et un autre.

Etre souvent exposé à l’anglais parlé vous aidera à affiner votre oreille. C’est une activité où vous récoltez ce que vous semez et le travail *régulier et bien organisé** paye.

Conclusion

Cet article sur la phonétique anglaise m’a demandé des semaines de travail pour réunir, dans un format facile à utiliser, des informations essentielles pour réussir en anglais. C’est un article de référence. S’il vous a plu, SVP, partagez-le parce que les partages sont la seule manière dont je dispose pour mesurer l’impact de mon travail. Partagez l’article maintenant en cliquant sur les boutons ci-dessous.

Dans de prochains articles, nous continuerons à retravailler ces bases essentielles, tout en découvrant de nouvelles choses pour améliorer votre accent anglais et vous aider à gagner en confiance à l’oral.

Règles du jeu pour commenter

J'espère que les commentaires sur BilingueAnglais.com seront énergiques, constructifs et intéressants. Cet espace est conçu pour compléter l'article et partager votre expérience ou vos ressources pour apprendre l'anglais.

Pour assurer la qualité du site, tous les commentaires sont relus avant d'être publiés. Les critiques constructives ne sont pas un problème. Les commentaires irrespectueux, mal rédigés, hors-sujets ou commerciaux seront effacés.

Relisez-vous et servez-vous du vérificateur d'orthographe de votre navigateur pour vous assurer d'écrire dans un français ou un anglais sans fautes. Aérez votre texte et utilisez les options de formattage Markdown pour le mettre en valeur. Merci de participer à la vie du site et amusez-vous bien!

Leave a comment

You are leaving a comment on Les 14 sons anglais qui n’existent pas en français.

Your email address will not be published. Fields marked with an * are required.

  1. Merci Fabien,
    C’est un super boulot sur la phonétique, qui m’a fait réaliser combien je prononçais très mal en anglais !

    De plus cet article permet de s’exercer entre deux sessions de Click & Speak (que j’ai débuté depuis une semaine avec une forte motivation!).

    C’est vrai que de ne pas commencer par bien maîtriser les sons d’une langue vivante, c’est aller droit dans le mur dans notre apprentissage !

    Merci encore pour ce blog de qualité.

    Laurent


[Infographie interactive]

Alphabet Phonétique International anglais

Tout l’Alphabet Phonétique International anglais (API anglais) en une infographie.

Ce document est interactif. Cliquez sur les symboles et sur les illustrations !

L’Alphabet Phonétique International (API) anglais [un navigateur récent est requis pour afficher cette illustration interactive]

 Télécharger l’infographie au format interactif (SVG, interactif) (1.0 MO)
 Télécharger l’infographie au format image (PNG, non-interactif) (1.8 MO)
Télécharger la version imprimable (PDF, sur 4 pages) (418 KO)

Partagez

Cette infographie sur l’Alphabet Phonétique International m’a demandé plus de 183 heures de travail pour l’imaginer, la créer, la rendre interactive et produire la version imprimable !

Connaître l’alphabet phonétique anglais vous servira toute la vie.

Si vous voulez voir plus de ressources comme celle-ci, partagez-la ! Plus vous êtes nombreux à découvrir mon travail, plus je peux me permettre de prendre du temps pour créer des ressources innovantes pour vous aider en anglais.

Si cette infographie vous a appris quelque chose, partagez-la :

Parlez-en à quelqu’un.

• Intégrez l’infographie sur votre blog ou site Web, en copiant-collant simplement ce code HTML :

• Partagez l’infographie sur Facebook ou Twitter en cliquant sur les boutons Partagez ci-dessous

Merci de votre soutien !

Règles du jeu pour commenter

J'espère que les commentaires sur BilingueAnglais.com seront énergiques, constructifs et intéressants. Cet espace est conçu pour compléter l'article et partager votre expérience ou vos ressources pour apprendre l'anglais.

Pour assurer la qualité du site, tous les commentaires sont relus avant d'être publiés. Les critiques constructives ne sont pas un problème. Les commentaires irrespectueux, mal rédigés, hors-sujets ou commerciaux seront effacés.

Relisez-vous et servez-vous du vérificateur d'orthographe de votre navigateur pour vous assurer d'écrire dans un français ou un anglais sans fautes. Aérez votre texte et utilisez les options de formattage Markdown pour le mettre en valeur. Merci de participer à la vie du site et amusez-vous bien!

Leave a comment

You are leaving a comment on Alphabet Phonétique International anglais.

Your email address will not be published. Fields marked with an * are required.

  1. Merci beaucoup pour tout ton travail. J’attendais moi aussi avec impatience cette affiche que j’avais trouvée extra. Je suis à mon 253ème jour de pratique avec ton outil Click and Speak et je sens sans contestation possible tous les progrès. J’ai trouvé le moyen idéal pour moi, ce qui m’empêchait d’oser parler en anglais ! Thanks a lot for all the things you do for us! See you later, alligator 😉. Mike

  2. Bravo et merci beaucoup.
    Depuis le temps que je galère pour apprendre ces sons,
    merci pour ce généreux partage.
    Raymond

  3. Un grand bravo pour ce document hors du commun (et à ma connaissance, unique…) ! Il synthétise (voire "syncrétise") l’API, les sons et la manière d’utiliser son appareil phonatoire (langue, bouche, palais, etc…) tout en étant interactif (c’est à dire, utilise les outils modernes liés aux nouvelles technologies). Nul doute qu’il a fallu énormément d’heures (de réflexion et de conception) pour réaliser ce document ! Nous devrions tous être reconnaissants à Fabien pour la qualité exceptionnelle de son travail !
    Bravo, Maestro !

  4. Bravo Fabien, vraiment c’est formidable de pouvoir enfin apprendre le vrai son. A force de voyager sur les sites, natifs ou pas, chacun y va de son accent et pour finir
    on ne sait pas quel est le vrai son.
    Merci pour tout ce travail.

  5. Merci Fabien pour toutes ces heures passées pour les autres. Quelle générosité !
    Je m’entraîne chaque jour et je le fais en m’amusant. Tu as gagné.
    Bravos
    Anaïs


Le lien entre rythme et prononciation en anglais

Comment articuler les syllabes (non-)accentuées en anglais

Comment articuler les syllabes accentuées et non-accentuées en anglais

En anglais, l'accentuation monte et descend d'une syllabe à l'autre, comme une succession de pics et de vallées.

Dans un précédent article, nous avons vu comment accentuer les mots en anglais. Lisez cet article sur l’accent tonique anglais si ce n’est déjà fait, avant de continuer avec celui-ci, car il vous enseignait comment respecter le rythme de l’anglais – ce qui est la base pour avoir un bon accent anglais.

Dans le tableau récapitulatif du précédent article, nous avions vu que (entre autres) :

  • Les syllabes accentuées sont dites avec une « [v]oyelle longue et articulée » ;
  • Les syllabes non-accentuées sont, elles, dites avec une « [v]oyelle courte et centralisée ».

Aujourd’hui, nous allons développer le sujet en voyant le lien entre le rythme et la prononciation en anglais. Si vous voulez avoir un bon accent et bien articuler en anglais, cet article et le précédent vous donnent les bases essentielles sur lesquelles vient se construire tout le reste.

Du rythme à l’articulation

Le rythme a un impact sur la prononciation ! Selon qu’une syllabe soit accentuée ou non, elle ne sera pas articulée de la même manière.

Voyons quelques exemples. Je vous les mets en phonétique mais vous pouvez aussi cliquer dessus pour les écouter. Ecoutez bien mais, surtout, pour une fois, regardez bien :

Même sans connaître la phonétique anglaise, qu’est-ce que vous remarquez ? Quel est le symbole qui se répète le plus souvent ?

Vous devez remarquer que le symbole le plus répété dans ces transcriptions est le e inversé : /ə/. Ce symbole s’appelle le schwa (EN: schwa) et se prononce ainsi :

Le schwa : /ə/

C’est le son le plus courant en anglais et ça en fait aussi le son le plus important – il est indispensable de le connaître.

Quand une syllabe n’est pas accentuée, le plus souvent, elle utilise ce son – le schwa /ə/ !

C’est un son central qui existe en français, comme dans :

  • le /lə/, de /də/, ne /nə/, je /ʒə/, que /kə/, se /sə/, ce /sə/

Ou dans :

  • devoir /də·vwaʁ/, dans la première syllabe
  • regarder /ʁə·ɡaʁ·de/, dans la première syllabe
  • monsieur /mə·sjø/, dans la première syllabe aussi
  • Et devenir /də·və·niʁ/, dans la première et la deuxième syllabe

Ce qui est intéressant avec ce son c’est que c’est le son le plus central et le moins articulé.

C’est comme le POINT ZERO de l’articulation si vous voulez. Il est au centre de la bouche. Pour le prononcer :

  • Vous n’avez pas besoin de fermer ou d’ouvrir la bouche, c’est entre les deux.
  • Le son ne vient pas de l’avant ni de l’arrière de la bouche, mais c’est entre les deux aussi – avec la langue positionnée au repos en plein milieu de la bouche.

Prendre conscience du schwa et de son rôle en phonétique anglaise va vous aider à prononcer correctement les syllabes non-accentuées. Vous les articulerez moins que les autres, ce qui vous aidera (par contraste) à mettre en valeur les syllabes accentuées (qui sont, elles, plus articulées).

Qui plus est, cela va vous donner un point de repère pour apprendre à articuler tous les sons qui existent en anglais. Ce son – le schwa /ə/ – sera comme votre boussole pour vous repérer en phonétique.

Entraînez-vous à articuler

Nous avons vue la théorie, passons à la pratique !

Dans les exemples suivants, cliquez sur le mot pour l’écouter. Cliquez sur l’icône du Phonograph™ () dans le coin inférieur droit de l’écran pour voir la prononciation et écouter les sons qui composent le mot.

Le but est que vous preniez conscience de la manière dont l’anglais se prononce réellement. C’est-à-dire :

  • L’anglais se prononce avec des syllabes accentuées claires et nettes – bien articulées
    • (Et longues et énergiques, avec même une variation d’intonation pour les faire ressortir davantage)…
      Mais avec…
  • Des syllabes non-accentuées qui, elles, sont peu articulées – le plus souvent prononcées avec le schwa /ə/
    • (Et courtes, dites avec peu d’énergie, sans changement d’intonation).

Observez plutôt vous-même. Répétez en même temps chez vous :

Exemples

Entraînez-vous chez vous. Répétez. Prenez votre temps et soignez l’articulation de la syllabe accentuée ; avalez et centralisez la prononciation de la syllabe non accentuée.

Exercice. Prenez de quoi écrire :

  • essayez d’écrire ces mots ;
  • soulignez la syllabe accentuée.

Au passage, tous les mots ci-dessus existent avec exactement la même orthographe en français. La différence – de taille – est que, en anglais, il faut accentuer la première syllabe et que l’articulation n’a rien à voir avec le français ! En anglais, on ne peut pas se fier à l’orthographe – il faut apprendre l’orthographe et la prononciation du mot.

Note : pour voir l’orthographe anglaise, regardez dans le Phonograph™. Cliquez sur en bas à droite de l’écran pour l’afficher.

Voyons des mots supplémentaires. Là aussi, entraînez-vous. Concentrez-vous d’abord sur la phonétique, sans le texte : répétez, observez. Posez-vous la question : quelle syllabe est accentuée ? Puis, demandez-vous : **comment écririez-vous ce mot en anglais ?

Là aussi, tous ces mots sont accentués sur la première syllabe. Le dernier mot, science, est intéressant parce qu’il ne forme qu’une seule syllabe en français « science » mais deux syllabes en anglais – c’est souvent qu’un mot n’a pas le même compte de syllabes en anglais et en français, ou bien que le nombre de syllabes est surprenant par rapport à l’orthographe.

De nouveaux exemples. Entraînez-vous là aussi à les accentuer, les prononcer / articuler, puis les écrire :

Gardez en tête le risque pour les français : le plus souvent, les francophones ne font pas du tout attention à quelle syllabe accentuer et ils accentuent toujours la dernière syllabe par défaut, même si ce n’est pas correct pour le mot en question. Donc je compte sur vous pour faire mieux que la moyenne des français : accentuez, et accentuez la bonne syllabe ! :-)

Conclusion

Nous avons commencé cet article avec un rappel :

  • Les syllabes accentuées sont dites avec une « [v]oyelle longue et articulée » ;
  • Les syllabes non-accentuées sont, elles, dites avec une « [v]oyelle courte et centralisée ».

Et nous avons vu que, dans la pratique, cela signifie que le schwa /ə/ est le son le plus courant en anglais et qu’il est très présent dans les syllabes non-accentuées.

Il ne suffit en revanche pas de le savoir. Il faut avant tout le pratiquer, pour l’intégrer !

Partant de là, nous avons donc vu la prononciation réelle de nombreux mots de deux syllabes.

Avec ces bases solides, nous avons maintenant une idée plus claire de la manière dont fonctionnent le rythme et la prononciation en anglais et du rapport entre les deux. J’espère que cela a amené chez vous à certaines prises de conscience et, aussi, que cela commence déjà à vous aider à mieux entendre et mieux observer comment l’anglais se parle réellement.

Cela peut être décourageant de voir que l’anglais ne se prononce pas du tout tel qu’on le pensait mais, rassurez-vous, avec mes conseils, ce blog et sa rubrique Phonétique anglaise, ça ira de mieux en mieux.

Dans un prochain article, nous continuerons à travailler le rythme mais irons aussi plus loin en voyant tous les sons qui existent en anglais – puis, notamment, quels sons existent en anglais mais pas en français.

D’ici là, pratiquez bien, écoutez bien et respectez le rythme de l’anglais car cela vous permettra de développer un bel accent :-)

Comme d’habitude, si cet article vous a été utile, renvoyez-moi l’ascenseur en cliquant sur les boutons Partagez ci-dessous. Merci d’avance !

Maintenant, lisez ceci :

Règles du jeu pour commenter

J'espère que les commentaires sur BilingueAnglais.com seront énergiques, constructifs et intéressants. Cet espace est conçu pour compléter l'article et partager votre expérience ou vos ressources pour apprendre l'anglais.

Pour assurer la qualité du site, tous les commentaires sont relus avant d'être publiés. Les critiques constructives ne sont pas un problème. Les commentaires irrespectueux, mal rédigés, hors-sujets ou commerciaux seront effacés.

Relisez-vous et servez-vous du vérificateur d'orthographe de votre navigateur pour vous assurer d'écrire dans un français ou un anglais sans fautes. Aérez votre texte et utilisez les options de formattage Markdown pour le mettre en valeur. Merci de participer à la vie du site et amusez-vous bien!

Leave a comment

You are leaving a comment on Comment articuler les syllabes (non-)accentuées en anglais.

Your email address will not be published. Fields marked with an * are required.

  1. Question basique, mais pour bien assimiler, pourquoi la phonétique où tu fais apparaître le son schwa ne se retrouve pas sur la version phonétique des dico papier ou numériques ?

    1. Les transcriptions phonétiques sont souvent données dans le dictionnaire mais de diverses manières :

      a) Tout le monde n’utilise pas le même système. Trop de dictionnaires optent pour un format fait-maison ou pour un format bâtard qui ressemble (mais n’est pas) l’API. C’est un problème qui devrait disparaître. L’API est le standard à utiliser.
      b) Tout le monde n’est pas d’accord sur la transcription phonétique à utiliser. Par exemple, le schwa (/ə/) est typiquement transcrit /ʌ/ lorsqu’il est accentué. C’est une distinction à laquelle les britanniques tiennent (et cela a du sens d’un point de vue britannique) alors que c’est une distinction qui n’est pas pas particulièrement utile si on s’intéresse à la phonétique d’un point de vue américain. (C’est sujet à débat

      Quoi qu’il en soit, dans les dicos anglais qui utilisent l’API, tu devrais retrouver le schwa dans la majorité des syllabes non-accentuées. (L’autre phonème très présent dans les syllabes non-accentuées est /ɪ/).


Accent tonique et accent de la phrase

Comment accentuer les mots en anglais

Comment accentuer les mots en anglais

Respectez le rythme en anglais ! Comme un boxeur qui porte ses coups, songez : quelles syllabes vais-je accentuer ? Où ?

La langue anglaise a son propre rythme qui n’est pas le même que celui du français. Ce qui donne son rythme à l’anglais, c’est avant tout son accentuation. En anglais, on accentue toujours au moins une syllabe dans les mots de plus d’une syllabe. C’est le fameux accent tonique anglais ou accent du mot (word stress). De manière similaire, on accentue toujours au moins un mot dans chaque phrase, c’est l’accent de la phrase (sentence stress).

Alors, pourquoi est-ce important ? Tant que vous ne respectez pas l’accent tonique et l’accent de la phrase, vous serez mal compris des natifs ! Qui plus est, il sera fatiguant pour vous de parler anglais avec le rythme du français. Il est donc essentiel de savoir comment accentuer les mots (et les phrases) en anglais pour communiquer clairement.

Comment on accentue en français

Pour améliorer son accent anglais, il faut déjà prendre conscience de ce que nous faisons en français parce que nous le transférons souvent, par erreur, à l’anglais.

Il y a deux grands traits qui donnent son rythme au français.

L’intonation du français

Premièrement :

En français, on a tendance à faire monter notre intonation [la hauteur de notre voix] à la fin de chaque phrase.

C’est subtil… mais c’est ce que nous faisons tous. Si je dis une phrase ou bien même un mot seul, je fais monter l’intonation sur la fin.

On ne le remarque pas forcément parce que c’est notre langue natale. Comme dit le dicton, « le poisson n’a pas conscience de l’eau ». Ce qui est caractéristique du français on ne le remarque pas, vu qu’on baigne dedans.

Quoi qu’il en soit, en français, l’intonation monte un peu à la fin des phrases ou des mots seuls. C’est ce qui contribue le plus à notre accent français.

Si on ne le remarque pas toujours, c’est aussi parce que c’est moins fort en français que dans d’autres langues. (En anglais ou en espagnol, l’intonation monte sur les syllabes accentuées mais cela se fait sur des syllabes variables et de manière beaucoup plus marquée).

Cette caractéristique du français se retrouve d’ailleurs en anglais dans les mots anglais d’origine française. Dans énormément de mots anglais empruntés au français, vous remarquerez que l’accent tonique tombe sur la dernière syllabe. Exemples :

Note : dans les transcriptions en Alphabet Phonétique International, le symbole qui ressemble à une apostrophe indique quelle syllabe est accentuée (c’est-à-dire : où tombe l’accent tonique) ; ce signe est placé avant la syllabe accentuée.

Ce qu’il faut retenir est que ce phénomène d’intonation donne une musique et un rythme particuliers au français – et on voudra s’en éloigner (hors mots d’origine française) lorsque l’on parle anglais.

Le rythme des syllabes en français

Maintenant, un second point qui donne du rythme au français, est que :

En français, on prononce toutes les syllabes à peu près de la même longueur.

Si je dis le mot :

  • CROCODILE

Toutes les syllabes ont la même durée.

Pareil si je dis :

  • INFORMATION
  • IMPORTANT
  • MESSAGE
  • ATTENTION

Toutes les syllabes ont la même durée.

Pour mieux comprendre et mieux s’exprimer en anglais à l’oral, on a besoin de mieux observer comment les langues fonctionnent – qu’est-ce qui change entre l’anglais et le français.

Donc, dans les jours et semaines à venir, en commençant dès maintenant : observez, déjà, comment nous parlons tous en français. Intéressez-vous à ces choses-là parce que ça va aiguiser votre oreille.

Le rythme de l’anglais

Maintenant, revenons à l’anglais. Est-ce que toutes les syllabes ont la même durée, comme en français ?

Ne répondez pas tout de suite. Ecoutez cette phrase en anglais :

Milk chocolate is made of thirty percent of cocoa.

/ˈmɪlk ˈtʃɔk·lət ɪz ˈmeɪd əv ˈθɝ·ti pərˈsent əv ˈkoʊ·koʊ/

Est-ce que les syllabes ont toutes la même longueur ?

Ré-écoutez la phrase, prononcée cette fois-ci avec le rythme du français :

Milk chocolate is made of thirty percent of cocoa.

Vous entendez la différence ?

Ré-écoutez la phrase d’origine, avec le rythme anglais, plusieurs fois :

Milk chocolate is made of thirty percent of cocoa.

/ˈmɪlk ˈtʃɔk·lət ɪz ˈmeɪd əv ˈθɝ·ti pərˈsent əv ˈkoʊ·koʊ/

Niveau rythme, cela donne quelque chose comme :

TA TA-da da TA da TA-da da-TA da TA-da

On appelle cela le rythme morse (songez au bruit d’un télégraphe).

Vous savez comment fonctionne le morse. Ce sont des sons longs et des sons courts :

TA-TA-da-da-TA-da-TA-da-da-TA-da-TA-da

Eh bien, l’anglais, niveau rythme, c’est comme du morse. Savoir comment accentuer, c’est savoir respecter ce rythme.

Une autre image qui peut vous aider est de penser que l’anglais, à l’oral, c’est comme des montagnes russes. Ou bien encore comme une succession de pics et de vallées : ça monte et ça descend.

Accent tonique anglais L’accent tonique anglais : comme des montagnes russes

Ré-écoutez et comparez les trois enregistrements, vous verrez que c’est le même rythme à chaque fois :

MILK CHOColate is MADE of THIRty perCENT of COcoa.
TA TA-da da TA da TA-da da-TA da TA-da
–. .- .-. .- .-.

Alors, pourquoi certaines syllabes sont-elles longues et d’autres courtes ?

Ce n’est pas une question piège.

Pourquoi ?

Tout simplement…

Parce que certaines syllabes sont accentuées, et d’autres non.

C’est juste comme cela que fonctionne le rythme de l’anglais. C’est un rythme différent du français, et puis c’est tout. C’est comme en musique où divers styles de musique ont des rythmes différents.

Donc une petite leçon que l’on peut tirer de tout cela, c’est que :

En anglais, chaque syllabe a une durée différente, selon qu’elle soit accentuée ou non.

Morse versus mitraillette

Alors, je vous ai dit que le rythme de l’anglais s’appelle le rythme morse.

Dans ce cas-là, si l’anglais c’est du morse, le français, c’est quoi ?

On dit que, le français, niveau rythme, c’est un rythme de mitraillette :

ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta

Si je reprends l’exemple de tout à l’heure, traduit cette fois en français :

Le chocolat est composé de trente pourcent de cacao.

Répétez à voix haute. Toutes les syllabes ont la même durée.

Rythme accent français versus Rythme accent anglais

Changez votre rythme

Ce n’est pas compliqué mais c’est fondamental. La qualité et la clarté de votre accent anglais dépend de cela.

Pour être facilement compris à l’oral en anglais vous devez changer de rythme par rapport au français.

Il ne suffit pas de le savoir, on a aussi besoin de le faire !

Souvent, les gens sont tellement obsédés par la peur de mal prononcer, de mal articuler, qu’ils en oublient totalement le bon rythme.

Mais si vous utilisez le mauvais rythme ça va être en vérité impossible de bien prononcer parce que, pour commencer, vos sons n’auront pas la bonne durée !

En somme :

Le rythme est sur quoi viendra se caler tout le reste.

Donc pensez d’abord au rythme et, ensuite seulement, à la prononciation.

Une comparaison qui peut vous aider : c’est comme si vous changiez de style de musique. Au lieu de jouer de la musique classique, eh bien, en anglais, vous jouez du jazz.

Si vous comprenez ce principe, cette différence entre le français et l’anglais, et que vous commencez à l’observer et à l’IMITER en anglais…

Alors, vous allez faire de gros progrès à l’oral. Votre accent anglais va nettement s’améliorer parce qu’au lieu de faire les choses au hasard vous les ferez comme on est censé les faire pour parler anglais – comme on aurait dû vous les enseigner dès le début. Observer et imiter va vous aider à respecter l’accent tonique et l’accent de la phrase.

Comment accentuer : sur quoi se concentrer

Concrètement : observez toujours quel mot et, à l’intérieur de chaque mot, quelle syllabe, sont accentués.

Pour savoir quelle syllabe est accentuée dans un mot anglais, deux manières de s’y prendre :

Le mieux est de faire les deux. Dans le dictionnaire en ligne, vous pouvez écouter l’audio en plus de voir la transcription.

Prenons quelques exemples pour que ce soit plus parlant. Dans les mots suivants, quelle syllabe est accentuée ? (Autrement dit : où tombe l’accent tonique ?)

…alors ?

Dans tous les cas, on accentue la première syllabe.

Maintenant, si je dis :

Quelle syllabe est accentuée ?

Très bien. La seconde syllabe est accentuée. J’espère que vous entendez la différence. Sinon, ré-écoutez.

Peut-on prédire quelle syllabe est accentuée ? Pas vraiment. Il faut, pour chaque mot, apprendre quelle syllabe porte l’accent. En ça, apprendre comment accentuer les mots anglais prend du temps mais c’est un investissement qui en vaut la peine. Plus vous vous y mettez tôt, plus c’est facile, plus votre accent anglais est clair.

Tableau récapitulatif

Concrètement, comment faire pour accentuer la syllabe accentuée en anglais ? On a déjà vu que la syllabe accentuée était plus longue mais quoi d’autre ?

Voyons un tableau qui récapitule comment accentuer les syllabes en anglais :

Syllabe ou mot accentué Syllabe ou mot non-accentué
L’intonation change L’intonation reste inchangée
On fait durer le son On écourte le son
On y met plus d’énergie On y met moins d’énergie
Voyelle longue et articulée Voyelle courte et centralisée

Vous voyez qu’il y a un contraste.

C’est binaire : soit la syllabe est accentuée, soit elle ne l’est pas ! Et, tout aussi important que de savoir accentuer la syllabe accentuée : il faut savoir comment traiter les syllabes qui ne sont PAS accentuées – pour créer ce contraste.

Bref, pour chaque syllabe, il faut choisir son camp : est-ce que vous l’accentuez ou non ?!

Repensez aux mots de tout à l’heure… Et PRONONCEZ-LES, avec le BON RYTHME, chez vous (entraînez-vous à parler car l’anglais est une langue vivante !) :

Deux remarques

Deux remarques pour conclure sur le rythme de l’anglais :

  • Parler anglais avec un accent et un rythme français est fatiguant.

C’est fatiguant pour les personnes qui vous écoutent parce qu’elles doivent s’adapter et essayer de décoder ce que vous dites.

Mais, SURTOUT, c’est fatiguant pour VOUS !

Le rythme de l’anglais est complémentaire de la prononciation de l’anglais. Si vous utilisez le rythme français d’une mitraillette et que vous essayez de prononcer TOUTES les syllabes avec la même durée, vous allez parler lentement, chaotiquement – comme une voiture qui cale – et ça demande beaucoup trop d’énergie de faire ça.

Mettre de l’énergie sur chaque syllabe en anglais est épuisant. L’anglais n’est pas fait pour.

Alors que, si vous utilisez le rythme morse de l’anglais, vous allez mettre plus d’énergie sur les syllabes accentuées mais moins sur les syllabes non accentuées, et c’est beaucoup plus simple et fluide de parler anglais comme cela. Ça vous demande globalement moins d’énergie.

Gardez en tête autre chose aussi :

  • Pour avoir un accent anglais convaincant, le rythme est plus important que la manière dont vous articulez.

Imaginez que vous entendiez des gens discuter de loin, que vous ne savez pas de quel pays ils sont et que vous n’entendez pas exactement ce qu’ils disent.

A ce moment-là, vous allez être capable de deviner quelle langue ils parlent juste à la MUSIQUE de la langue.

Ce que vous entendriez de loin, ce serait la musique de leur langue (la prosodie). Et cette musique, c’est avant tout le rythme.

Tout ça pour vous dire qu’utiliser le bon rythme, même si vous vous prenez un peu les pieds dans le tapis sur le reste, va vous aider à avoir un meilleur accent anglais.

Et avoir un meilleur accent anglais, en plus de vous rendre bien plus facile à comprendre, vous rend plus crédible – c’est toujours utile, que ce soit dans le travail ou dans la vie privée.

L’erreur des francophones

L’erreur que font les francophones lorsqu’ils ne prêtent pas attention à tout cela, c’est d’accentuer toujours la dernière syllabe (parce que comme on l’a vu, en français, l’intonation monte un peu à la fin des mots et des phrases). Souvent, ils n’en ont même pas conscience. Peut-être est-ce votre cas ?

Par exemple, au lieu de dire :

  • A-ny-thing (accent sur la première syllabe) ils disent a-ny-THING
  • Au lieu de dire PRE-si-dent (accent sur la première syllabe) ils disent pre-si-DENT
  • Au lieu de dire com-PU-ter (accent sur la deuxième syllabe), ils disent com-pu-TER
  • Au lieu de dire CI-ga-rette (accent sur la première syllabe), ils disent ci-ga-RETTE

Et ainsi de suite.

Ce n’est pas vraiment de notre faute si on fait ça. On ne nous a simplement pas expliqué l’accent tonique anglais et l’accent de la phrase à l’école.

Pour corriger cela, c’est simple même si ça prend du temps :

Quand vous apprenez un mot, retenez sur quelle syllabe tombe l’accent !

Et, dès que vous avez un doute sur un mot (ce qui inclut peut-être tous les mots que vous connaissez jusqu’ici !), vérifiez dans le dico.

C’est une habitude à prendre qui en vaut la peine car, rapidement, cela va faire la différence sur la qualité et la clarté de votre accent.

Dans le prochain article, nous irons encore un peu plus loin sur le sujet en voyant comment articuler les syllabes accentuées et les syllabes non accentuées – parce que faire la différence entre les deux améliorera et votre prononciation, et votre accent ! :-)

Maintenant, lisez ceci :

Règles du jeu pour commenter

J'espère que les commentaires sur BilingueAnglais.com seront énergiques, constructifs et intéressants. Cet espace est conçu pour compléter l'article et partager votre expérience ou vos ressources pour apprendre l'anglais.

Pour assurer la qualité du site, tous les commentaires sont relus avant d'être publiés. Les critiques constructives ne sont pas un problème. Les commentaires irrespectueux, mal rédigés, hors-sujets ou commerciaux seront effacés.

Relisez-vous et servez-vous du vérificateur d'orthographe de votre navigateur pour vous assurer d'écrire dans un français ou un anglais sans fautes. Aérez votre texte et utilisez les options de formattage Markdown pour le mettre en valeur. Merci de participer à la vie du site et amusez-vous bien!

Leave a comment

You are leaving a comment on Comment accentuer les mots en anglais.

Your email address will not be published. Fields marked with an * are required.

  1. Je confirme. J’apprends l’anglais avec Click and speak, c’est-à-dire en écoutant et répétant ce que j’entends. Donc j’apprends en même temps l’accentuation des bonnes syllabes. Et effectivement c’est beaucoup plus important que la manière d’articuler. Je me surprends à connaître comment dire des mots alors que je ne sais pas les écrire et que je les dis souvent "approximativement" au niveau de l’articulation mais je suis comprise et personne ne me reproche de mal articuler. C’est en plus très important pour comprendre les natifs. Sans doute aurez-vous remarqué qu’il est toujours plus facile de comprendre une personne non anglaise ou américaine parler anglais, qu’un natif d’Angleterre ou des Etats-Unis. Et ce qui fait la différence est bien l’accentuation. Donc repérer l’accentuation permet ensuite de beaucoup mieux comprendre les natifs.C’est essentiel et encourageant.

  2. C’est très intéressant, mais je ne sais jamais "quand" il faut accentuer le mot, y-a-t’il un truc pour comprendre. Merci Fabien

    1. Pour le quand :

      • Il faut toujours accentuer les mots qui portent le plus de sens dans la phrase (cela varie selon le sens que l’on veut donner et ce sur quoi on veut insister).
      • Il faut toujours accentuer au moins une syllabe dans les mots de plus d’une syllabe parce qu’ils ont forcément une syllabe accentuée.
      • Les mots d’une seule syllabe s’accentuent ou non, selon la situation. Typiquement, on n’accentue pas les mots de fonction (prépositions, articles, etc.) parce qu’ils n’apportent pas grand-chose niveau sens (ils servent surtout à lier les mots entre eux, comme du ciment entre les briques).

      Répondons aussi donc à la question du comment :

      Dans chaque mot, in ne peut pas vraiment deviner quelle syllabe est accentuée. (Enfin si : si on creuse dans les livres de phonétique on peut trouver une quinzaine de « règles » qui fonctionnent chacune sur 60% des situations ou plus mais ça n’a rien de systématique et je ne suis pas convaincu que ça aide à retenir quoi que ce soit).

      La solution est donc de retenir, pour chaque mot de plus d’une syllabe, quelle syllabe est accentuée.

      Je sais, je sais… Ce n’est pas évident tout cela :-) …et c’est ce qui fait de l’anglais une fausse langue facile à l’oral.

      Mais cela vient bien avec la pratique, de telle sorte que, si on se met à observer l’accent dans chaque mot, on finit au bout du compte par accentuer correctement naturellement, en automatique, par imitation.


Les niveaux A1, A2, B1, B2, C1, C2 en anglais

Les niveaux anglais du CECRL

Les niveaux en anglais

De A1 à C2 en anglais, comment progresser en anglais niveau par niveau

Les niveaux du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) ou, en anglais, Common European Framework of Reference for Languages (CEFR) sont utilisés un peu partout pour signaler le niveau d’un élève ou celui d’un produit pour apprendre l’anglais. Mais à quoi correspondent-ils réellement ?

Dans cet article, nous allons voir ce que vous êtes censé être capable de faire à chacun des niveaux européens (que ce soit avec un niveau B1 en anglais, ou un niveau B2 en anglais, et ainsi de suite). Dans chaque cas, je vous donne des pistes pour passer au niveau suivant.

Nous parlerons aussi des limites du CECRL. Si ces niveaux sont utiles et sont utilisés à juste titre à travers le monde, ils ne sont pas complets pour autant. Nous verrons ce qu’il leur manque.

Enfin, nous verrons comment estimer votre niveau sur cette échelle.

Introduction

Il y a six niveaux européens ou, plutôt, trois fois deux niveaux :

  • A (A1/A2) : « utilisateur élémentaire » ou Basic User en anglais
  • B (B1/B2) : « utilisateur indépendant » ou Independent User en anglais
  • C (C1/C2) : « utilisateur expérimenté » ou Proficient User en anglais

Cela correspond à l’idée d’être débutant, intermédiaire ou avancé en anglais mais rentre dans plus de détails en définissant ce que l’on doit être capable de faire dans chaque cas.

Apprendre l’anglais est un travail de longue haleine. L’avantage de ces niveaux est de nous permettre de décomposer ce projet énorme (« maîtriser l’anglais ») en projets plus modestes et plus digestes (« maintenant, je vise tel niveau »).

Notez qu’on distingue parfois des niveaux « + », qui correspondent à des niveaux avancés à l’intérieur d’une catégorie. « B1+ » correspondant par exemple à la fin du niveau B1.

Niveau anglais A1 Niveau A1 : « Comment ça je baragouine ? »

Niveau A1 anglais

Le niveau A1 s’appelle « Niveau Introductif ou Découverte » ou, en anglais, Breakthrough or beginner.

C’est le niveau où vous ne pouvez faire que trois fois rien : comprendre des mots ultra-courants, formuler des phrases très très simples sur des sujets qui vous concernent directement, comprendre uniquement si on vous parle lentement avec un vocabulaire limité.

C’est le stade un peu ingrat de l’apprentissage. Peut-être que vous avez traversé une période de lune de miel en découvrant la langue mais, rapidement, vous découvrez que vous faire comprendre et comprendre demande de gros efforts et que vous n’avez pas grand-chose à montrer en retour.

Ne vous découragez pas car c’est un cap obligé. On part tous de zéro.

Au niveau A1, le CECRL nous dit que nous devons être capable des choses suivantes :

  • Peut comprendre et utiliser des expressions familières et quotidiennes ainsi que des énoncés très simples qui visent à satisfaire des besoins concrets.
  • Peut se présenter ou présenter quelqu’un et poser à une personne des questions la concernant – par exemple, sur son lieu d’habitation, ses relations, ce qui lui appartient, etc. – et peut répondre au même type de questions.
  • Peut communiquer de façon simple si l’interlocuteur parle lentement et distinctement et se montre coopératif.

Mon conseil pour le niveau A1 : à ce stade, visez de parler de manière fluide sur un nombre ultra-limité de sujets :

  • Etre limité en vocabulaire ne vous empêche pas de parler bien, ça vous empêche juste de parler de tout ce dont vous aimeriez parler. Faites du mieux et le plus que vous pouvez avec le peu dont vous disposez.
  • Cela vous donnera des bases solides dans la langue et la confiance en vous nécessaire pour continuer. Comment vous y prendre ?
    • Répétez les phrases qui vous sont utiles, à vous, personnellement.
    • Répétez-les souvent en visant d’être clairement compréhensible.
      • Peut-être que vous ne savez que commander au restaurant et demander l’addition, ou juste dire votre métier et ce que vous aimez dans la vie, et absolument rien d’autre… mais vous savez le faire correctement, de manière fluide. C’est déjà une première victoire.

En conclusion : acceptez que vous serez limité au niveau A1 mais faites du mieux que vous pouvez avec le peu dont vous disposez.

Niveau anglais A2 Niveau A2 : Survie

Niveau A2 anglais

Le niveau A2 s’appelle « Niveau Intermédiaire ou de Survie » ou, en anglais, Way stage or elementary.

Une anecdote : lors de mes deux premiers mois de hongrois à Budapest, j’ai rapidement atteint un niveau A2. Est-ce que je parlais couramment ? Est-ce que je pouvais parler de tout et de rien ? Non ! Par contre, je pouvais parler de moi et m’intéresser aux autres tout en hongrois, sans me servir de l’anglais ou de ma langue natale. Je pouvais tout faire dans cette langue sans avoir atteint un niveau avancé.

Autrement dit : si vous faites bien les choses, un niveau A2 vous permet déjà de vous débrouiller en anglais.

Au niveau A2, le CECRL nous dit que nous devons avoir développé les compétences suivantes :

  • Peut comprendre des phrases isolées et des expressions fréquemment utilisées en relation avec des domaines immédiats de priorité (par exemple, informations personnelles et familiales simples, achats, environnement proche, travail).
  • Peut communiquer lors de tâches simples et habituelles ne demandant qu’un échange d’informations simple et direct sur des sujets familiers et habituels.
  • Peut décrire avec des moyens simples sa formation, son environnement immédiat et évoquer des sujets qui correspondent à des besoins immédiats.

Mon conseil pour le niveau A2 : pratiquez comme un acteur ! Répétez tout le temps les mêmes deux-trois histoires :

  • Exemples :
    • Que faites-vous dans le pays (si vous êtes déjà à l’étranger) ?
    • Qu’aimez-vous faire dans la vie ? Qu’aimeriez-vous faire dans la vie ?
  • De « performance en performance », vous allez améliorer la qualité de vos phrases (prononciation, grammaire, clarté) et retenir des bases utiles sur lesquelles vient reposer tout le reste.

Alors qu’au niveau A1 vous travaillez sur quelques phrases passe-partout, ici, travaillez sur des histoires passe-partout.

D’expérience, c’est le stade où rencontrer des correspondants anglais avec qui parler fera toute la différence. Tant que vous n’aurez pas l’expérience d’échanger de manière habituelle avec des anglophones, pour parler de vous et de choses simples qui vous tiennent à cœur, vous n’aurez pas cette capacité à trouver et articuler vos mots.

On n’apprend pas l’anglais pour un beau jour parler avec des anglais, on assimile l’anglais en communiquant avec des anglophones, pour avoir l’expérience d’avoir des mots qui nous flottent en bouche. Si vous pensez avoir un vocabulaire avancé mais êtes encore bloqué pour parler, c’est probablement que vous avez grillé cette étape.

Les niveaux anglais A1 et A2 comme une mayonnaise qui prend

Globalement, je vous conseille de voir le niveau A1-A2 comme une mayonnaise qui prend. Vous n’avez pas beaucoup d’ingrédients à disposition et il faut beaucoup répéter mais, en faisant bien les choses, vous pouvez développer une bonne base. Ensuite, il sera d’autant plus facile de « rajouter de l’huile » (plus de vocabulaire, plus de grammaire) à votre anglais.

Si vous avez l’impression que la sauce n’a pas pris (d’être encore bloqué par des choses élémentaires), ré-essayez : voyez ce que vous êtes censé savoir faire niveau A1/A2 et qui vous a manqué. Il n’y a aucune honte à revenir aux basiques et fondamentales et, à vrai dire, les meilleures personnes dans un domaine y reviennent toujours – parce qu’elles savent que clarifier les bases sur lesquelles reposent tout le reste est bénéfique.

Niveau anglais B1 Homo habilis vous accueille au niveau B1 anglais

Niveau B1 anglais

Le niveau B1 s’appelle « Niveau Seuil » ou, en anglais, Threshold or intermediate.

C’est le niveau où vous commencez à faire des choses impressionnantes en anglais et pouvez commencer à faire croire aux gens que vous maîtrisez leur langue. Les phrases se rallongent et votre vocabulaire commence à se diversifier. L’éventail des structures de grammaire que vous connaissez commence à être très large.

Au niveau B1, le CECRL nous dit que nous devons avoir développé les compétences suivantes :

  • Peut comprendre les points essentiels quand un langage clair et standard est utilisé et s’il s’agit de choses familières dans le travail, à l’école, dans les loisirs, etc.
  • Peut se débrouiller dans la plupart des situations rencontrées en voyage dans une région où la langue cible est parlée.
  • Peut produire un discours simple et cohérent sur des sujets familiers et dans ses domaines d’intérêt.
  • Peut raconter un événement, une expérience ou un rêve, décrire un espoir ou un but et exposer brièvement des raisons ou explications pour un projet ou une idée.

Mon conseil pour le niveau B1 : je vous conseille de ne pas aller trop vite.

  • Comme tout s’enrichit de manière significative à ce niveau, comme les phrases deviennent plus longues, comme la grammaire devient plus riche… Vous risquez d’avoir du mal à suivre. Pour ne pas vous laisser déborder le niveau B1 anglais : avancez lentement mais sûrement. C’est-à-dire :
    • Organisez-vous. Pas besoin de tout apprendre en même temps. Travaillez sur un point à la fois (peu importe lequel, vous aurez le temps de tout voir mais vous devez commencer quelque part).
    • En y allant à votre rythme, vous apprendrez mieux et ferait du temps un allié, au lieu d’avoir l’impression d’être submergé sous les nouveaux concepts de grammaire et le vocabulaire.
  • Si vous écrivez peu, B1 est le moment de vous y mettre et si, à l’inverse, vous parlez peu, c’est le moment de vous y mettre aussi. Ecrire vous permettra de clarifier ce que vous faites (en y allant plus lentement), tandis que parler vous aidera à gagner en confiance en votre capacité à communiquer en anglais (même si c’est au début juste face à un miroir ou à un ordi).

Niveau anglais B2 Homo erectus vous souhaite d’ériger
votre anglais à un niveau B2 et plus.

Niveau B2 anglais

Le niveau B2 s’appelle « Niveau Avancé ou Indépendant » ou, en anglais, Vantage or upper intermediate.

A ce stade, votre niveau commence à être réellement impressionnant. Avec un niveau B2, vous pourriez/pouvez travailler en anglais car l’essentiel de la grammaire est acquis et le vocabulaire le plus important est maîtrisé. Vos histoires s’enrichissent et vous êtes capable de parler de concepts abstraits. Vous pouvez vous exprimer avec nuance. Vous observerez cependant que cette impression de maîtrise dépend énormément du thème, ce qui peut vous faire douter de vos capacités. La quantité de vocabulaire et de grammaire pour passer de B1 à B2 reste importante, à peu près autant que pour passer de A2 à B1.

Au niveau B2, le CECRL nous dit que nous devons avoir développé les compétences suivantes :

  • Peut comprendre le contenu essentiel de sujets concrets ou abstraits dans un texte complexe, y compris une discussion technique dans sa spécialité.
  • Peut communiquer avec un degré de spontanéité et d’aisance tel qu’une conversation avec un locuteur natif ne comportant de tension ni pour l’un ni pour l’autre.
  • Peut s’exprimer de façon claire et détaillée sur une grande gamme de sujets, émettre un avis sur un sujet d’actualité et exposer les avantages et les inconvénients de différentes possibilités.

Mon conseil pour le niveau B2 : soyez fier du travail accompli jusqu’ici mais ne vous reposez pas sur vos lauriers pour autant. Malgré tout le vocabulaire que vous connaissez déjà, vous verrez que ce n’est jamais assez. Voyez-vous vous-même comme un collectionneur de vocabulaire et de grammaire :

  • Observez les structures de grammaire que vous ne comprenez pas et décortiquez-les, répétez-les, pour mieux les comprendre et vous les approprier.
  • Parce que l’essentiel des méthodes d’anglais enseigne les choses au hasard et dans le désordre, à ce stade, on peut avoir l’impression de ne plus progresser. Ne prenez pas cela pour vous, prenez juste conscience que vous devez soit utiliser une méthode appropriée, soit bien observer vous-même ce qu’il vous manque pour progresser (c’est-à-dire : de quel vocabulaire et grammaire avez-vous maintenant besoin ?). En somme, pour éviter de stagner niveau B2, personnalisez votre apprentissage.

Niveau anglais C1 Homo sapiens vous souhaite la bienvenue au niveau C1

Niveau C1 anglais

Le niveau C1 s’appelle « Niveau Autonome » ou, en anglais, Effective operational proficiency or advanced.

Dans la continuation de votre travail niveau B2, vous devenez capable de vous exprimer de manière de plus en plus abstraite et subtile. Vous continuez à creuser et renforcer votre connaissance des structures les plus avancées. La quantité de vocabulaire nouveau reste sensiblement la même que sur les niveaux précédents mais, tout cumulé, votre vocabulaire vous permet enfin de faire face à à peu près toutes les situations. Les dernières structures de grammaire font aussi leur apparition (ex.: l’irréel (irrealis) ; les phrasal verbs où la particule est éloignée du verbe ; les adjectifs composés…). Enfin, vous êtes capable de former de plus en plus de phrases à la fois longues et naturelles.

Au niveau C1, le CECRL nous dit que nous devons avoir développé les compétences suivantes :

  • Peut comprendre une grande gamme de textes longs et exigeants, ainsi que saisir des significations implicites.
  • Peut s’exprimer spontanément et couramment sans trop apparemment devoir chercher ses mots.
  • Peut utiliser la langue de façon efficace et souple dans sa vie sociale, professionnelle ou académique.
  • Peut s’exprimer sur des sujets complexes de façon claire et bien structurée et manifester son contrôle des outils d’organisation, d’articulation et de cohésion du discours.

AVERTISSEMENT : je ne suis pas d’accord avec « Peut s’exprimer spontanément et couramment sans trop apparemment devoir chercher ses mots » qui est une vision très scolaire et démodée des choses. Pourvu d’avoir suffisamment d’expérience à ouvrir la bouche, on peut s’exprimer spontanément dès le niveau A1/A2. C’est simplement que le nombre de thèmes est alors ultra-restreint. Visez la fluidité et (l’apparence de) spontanéité dès le début – entraînez-vous. Vous me remercierez plus tard ;-)

Mon conseil pour le niveau C1 : au niveau C1, vous voudrez ne plus rien laisser passer.

  • Jusqu’ici, faute de pouvoir tout apprendre du jour au lendemain, vous étiez forcé de pratiquer l’ignorance sélective. Désormais, en revanche, votre but est de quasiment tout comprendre et connaître.
  • C’est d’autant plus vrai pour la grammaire où votre mission devient d’absolument tout comprendre.
  • Pour le vocabulaire, cela dépendra du thème mais vous voudrez retenir tout le vocabulaire qui vous semble indispensable et à côté duquel vous étiez passé jusqu’ici. Continuer à ignorer le vocabulaire rare qui ne vous sert pas directement pour, à la place, surmonter vos dernières difficultés.

Niveau anglais C2 Le secret pour le niveau C2 ?
Tout est dans les lunettes.

Niveau C2 anglais

Le niveau C2 s’appelle « Niveau Maîtrise » ou, en anglais, Mastery or proficiency.

A ce stade, absolument toute la grammaire est acquise (pour l’anglais, vous n’avez plus de nouvelles structures de grammaire à découvrir). Vous voudrez enfoncer le clou et revoir, pour les maîtriser, les quelques éléments que vous n’auriez pas encore complètement acquis. En dehors de cela, vous voudrez continuer à développer votre vocabulaire avec pour but d’atteindre les 100% de compréhension. Cela signifiera apprendre de nouveaux mots pas si communs, assimiler du vocabulaire spécialisé et assimiler de nouvelles expressions idiomatiques.

Au niveau C2, le CECRL nous dit que nous devons avoir développé les compétences suivantes :

  • Peut comprendre sans effort pratiquement tout ce qu’il/elle lit ou entend.
  • Peut restituer faits et arguments de diverses sources écrites et orales en les résumant de façon cohérente.
  • Peut s’exprimer spontanément, très couramment et de façon précise et peut rendre distinctes de fines nuances de sens en rapport avec des sujets complexes.

Mon conseil pour le niveau C2 : désormais, visez d’absolument tout comprendre !

  • Dès que vous avez un doute ou une incompréhension, vérifiez. Recherchez les explications de grammaire qui vous manquent en anglais et non plus en français (vous avez à ce stade le niveau pour tout comprendre clairement).
  • Vous avez fait le plus dur ! Délaissez maintenant le français pour faire uniquement de l’anglais et accélérer vos progrès. Que ce soit dans le travail ou vos loisirs, vous devez mettre en place un environnement tout-en-anglais. (Tout ce qui est en français ralentira vos progrès. Essayez de faire plus d’anglais que de français et vous serez récompensé).
  • Le vocabulaire devient votre nouvelle priorité. Une pratique continue et quotidienne vous permettra maintenant de couvrir le terrain entre un niveau C1/C1+ et celui d’un natif.

Niveaux anglais SOS : conseils généraux et banque de dépannage « SOS CECRL, j’écoute »

Conseils généraux

Les conseils suivant sont applicables à tous les niveaux européens. Voyez cela comme une banque de dépannage pour le CECRL.

  • Si vous vous sentez bloqué au niveau (faux-)débutant, comme si quelque chose clochait chez vous, vous voudrez apprendre à apprendre. Avoir des stratégies pour apprendre une langue vivante vous donnera du recul et du contrôle sur votre manière d’apprendre. Cela vous permet de contrôler votre processus d’apprentissage au lieu de le subir. (Voyez mon livre Le don des langues).
  • Si vous souffrez de grosses difficultés à l’oral, étudier la phonétique anglaise apparaîtra vite comme une solution miracle pour défaire de mauvaises habitudes et les remplacer par de meilleures.
  • Si vous souffrez de difficultés pour vous exprimer alors que vous comprenez bien à l’oral, vous voudrez vous entraîner à trouver vos mots. A défaut d’avoir le temps pour le faire chaque jour de vive voix (ou si les conversations vont trop vite), entraînez-vous à écrire. Cela vous entra6ine à vous exprimer comme si vous parliez. En bonus, prononcez ce que vous écrivez à voix haute, en vérifiant la prononciation du vocabulaire.

Si vous avez des questions supplémentaires, en particulier sur les niveaux B1/B2 en anglais, posez-les dans les commentaires. Je mettrai cette section à jour si nécessaire avec des réponses aux problèmes les plus courants.

Limites des niveaux anglais du CECRL

Limites du CECRL

Le gros avantage du CECRL est qu’il décrit en termes clairs ce que nous sommes censés savoir faire. Gardons aussi en tête que c’est un projet en constante évolution.

Voyons maintenant ses limites.

Quoi faire vs comment le faire

Le CECRL nous dit quoi viser il ne nous dit pas pour autant comment atteindre l’objectif. C’est compréhensible car le cadre est le même quelle que soit la langue. C’est ensuite aux éducateurs (enseignants, auteurs de méthodes de langue…) d’implémenter et de préciser le CECRL pour chaque langue.

Mettons que je veuille atteindre un de ces buts en anglais, puisés du CECRL :

Je peux faire face à la majorité des situations que l’on peut rencontrer au cours d’un voyage dans une région où la langue est parlée. (B1)

Je peux communiquer avec un degré de spontanéité et d’aisance qui rende possible une interaction normale avec un locuteur natif. (B2)

Je peux m’exprimer spontanément et couramment sans trop apparemment devoir chercher mes mots. (C1)

Je peux participer sans effort à toute conversation ou discussion et je suis aussi très à l’aise avec les expressions idiomatiques et les tournures courantes. (C2)

On aimerait avoir la formule qui nous permettra d’atteindre chacun d’entre eux.

Pour jalonner nos progrès en anglais, on aimerait ainsi trouver :

  • La place de la phonétique : quoi étudier et quand ?
  • Quel vocabulaire apprendre à quel niveau ?
  • Quelles structures de grammaire apprendre à quel niveau ?

Sur ce premier point, comme trop souvent dans les approches scolaires, les implémentations du CECRL négligent largement le sujet et ce blog sera la meilleure ressource sur la phonétique anglaise pour les apprenants.

Sur les deux autres points, on peut citer les projets suivants :

  • Pour le vocabulaire anglais :
    • English Vocabulary Profile [inscription nécessaire] cherche à analyser quel vocabulaire est connu à chacun des niveaux européens. Limite ? Ces recherches sont malheureusement effectuées autour d’un anglais scolaire et écrit.
    • Click & Speak™ est la seule méthode à vous enseigner l’anglais avec un vocabulaire choisi scientifiquement et soigneusement réparti par niveaux européens.
  • Pour la grammaire anglaise :
    • Le Core Inventory for General English, publié par le British Council et EAQUALS, nous indique quelle grammaire acquérir à chaque niveau. Click & Speak™ est basé sur cette progression grammaticale.
    • Par ailleurs, le projet English Grammar Profile s’est donné pour mission d’explorer la grammaire anglaise par niveau européen (comme pour le projet sur le vocabulaire, l’anglais étudié est là aussi scolaire mais c’est toujours moins gênant en grammaire qu’en vocabulaire).

Des recherches sur l’apprentissage de l’anglais, articulées autour du cadre européen, sont en cours et répondront un jour à la question du comment.

Pas de coupure nette

Gardons en tête qu’il n’y a évidemment pas de coupure nette entre un niveau européen et le suivant. Quelqu’un a-t-il un niveau B1 ou B2 en anglais ? La réponse sera souvent que la personne oscille entre les deux, avec certaines choses acquises niveau B1 mais d’autres encore sous-développées niveau B2. Ce n’est pas un problème en soi, juste quelque chose à garder en tête. Le CECRL permet alors de clarifier sur quoi travailler.

De manière plus extrême, on peut imaginer un professionnel ayant un niveau B2/C1 en compréhension écrite, capable de comprendre quasiment tout à l’écrit – parce qu’il travaille avec énormément de textes dans son domaine – mais incapable de comprendre l’anglais parlé parce qu’il ne l’entend jamais. C’est un cas de figure malheureusement assez courant et qui ne rentre pas vraiment dans les cases du CECRL. Cette personne ferait alors le grand écart entre plusieurs niveaux européens.

CECRL : coupures entre les niveaux « Chéri, ça va trancher ! »

En somme, apprendre l’anglais n’est pas un processus linéaire ! Dans le monde réel, on ne passe pas en douceur d’un niveau à l’autre. On va et vient entre plusieurs niveaux pour diverses compétences, selon nos nécessités et nos opportunités. Il est par exemple beaucoup plus facile de travailler la compréhension écrite que l’expression orale.

Apprendre l’anglais est un processus en dents de scie, avec bien souvent des plateaux. Une mauvaise lecture du CECRL pourrait nous faire croire le contraire.

Les tests de langue souffrent du même problème et ne seront jamais totalement précis. Pour vous citer un exemple, lors de mon inscription pour des cours de russe, alors que mon nombre d’heures de pratique, mon niveau de grammaire et mon auto-évaluation me situaient plutôt à un niveau A2 / début B1, je me suis retrouvé avec des élèves de niveau B2 (en route donc vers C1). Dans ces cas-là, il vaut mieux à mon avis travailler à un niveau trop élevé, avec un défi à relever, où l’on est certain d’apprendre quelque chose, plutôt qu’à un niveau trop bas où l’on s’ennuie et perd en intérêt pour les cours.

Chez les éditeurs

Le CECRL peut être utilisé par les apprenants seuls, par les professeurs avec leurs élèves mais, aussi, par les éditeurs de contenus pour apprendre l’anglais.

Je pense qu’il est maintenant clair que le principe du CECRL est de décrire ce dont nous devrions être capable à chaque niveau, pour savoir sur quoi travailler. C’est une progression logique basée sur les travaux cumulés de nombreux professeurs de langues.

En principe, cela permet aux éditeurs de méthodes de langue de créer de nouvelles méthodes plus adaptées aux besoins des élèves, plutôt que de concevoir celles-ci au petit bonheur la chance.

Problème ? Tous les éditeurs ne jouent pas le jeu.

Certains (la majorité ?) se contentent en effet de coller une étiquette « B2 » ou autre sur des produits qui existent depuis trente ans. Ça fait certes joli avec un petit drapeau européen mais cela ne signifie pas que c’est vrai. Il est plus facile pour un éditeur de rajouter une étiquette que de reconstruire sa gamme de méthodes.

Les niveaux européens chez les éditeurs de méthodes d'anglais Peut-on se fier aux étiquettes des éditeurs ? Non.

C’est regrettable parce que se conformer aux niveaux européens permettrait aux éditeurs d’enseigner l’anglais de manière plus progressive et plus intelligente.

Une bonne méthode d’anglais décompose intelligemment la langue anglaise pour vous en étapes et sous-étapes digestes. Elle vous fait travailler le vocabulaire et la grammaire du niveau A1 avant ceux du niveau A2, ceux de A2 avant B1, et ainsi de suite.

Cela demande évidemment plus d’efforts pour les créateurs de méthodes mais ce sont des efforts qui méritent d’être fournis car ils bénéficient aux élèves, qui gagnent alors des centaines d’heures et auront le sentiment agréable de progresser continuellement – plutôt que de bloquer en se demandant pourquoi rien ne rentre.

Au passage, les tests d’anglais souffrent du même problème. Plutôt que de revoir la structure de leurs tests, certains organismes ont juste rajouté une étiquette « niveau européen » dessus sans se soucier de respecter les recommandations. (Les logos sur les tests et méthodes n’ont rien de certifiant).

Un autre problème est que tous les éditeurs n’interprètent pas les recommandations du CECRL de la même manière. Tout le monde n’est pas d’accord sur ce que ces niveaux signifient et, surtout, sur la manière d’y parvenir. Cela garantit une certaine richesse mais aussi un certain chaos dans les méthodes d’anglais, où la qualité de la pédagogie sera variable d’un produit à l’autre, même lorsqu’ils prétendent fournir la même chose.

Enfin, un dernier défi est qu’il ne suffit pas de savoir quoi étudier pour réussir en anglais. Si c’était le cas, un livre de grammaire anglaise suffirait à maîtriser l’anglais !

Pour réussir à apprendre, encore faut-il que les contenus soient suffisamment prenants pour que l’on s’y tienne ! (En plus d’être digestes et d’enseigner un anglais réel, naturel – ce qui devrait aller de soit mais n’est souvent pas le cas). Ce problème n’est évidemment pas propre aux niveaux du CECRL mais il joue dans leur application.

Trop de méthodes d’anglais sont d’un ennui mortel. Si vous n’avez pas envie d’ouvrir le livre, peu importe qu’il soit à votre niveau, cela ne va pas vous avancer à grand-chose… Apprendre une langue vivante dans un livre n’est d’ailleurs pas toujours la meilleure des idées… ;-)

Après C2 ?

Qu’y a-t-il après le niveau C2 ? Comment fait-on la part des choses entre quelqu’un qui maîtrise la langue pour un étranger et un étranger qui la maîtrise mieux que la moyenne des natifs ? Comment distinguer entre quelqu’un qui « comprend pratiquement tout » et quelqu’un qui comprend absolument tout ? C’est un dernier point qu’il serait intéressant pour le CECRL de creuser.

Voir aussi

Pour aller plus loin sur le CECRL (CEFR) et les niveaux européens en anglais, consultez :

Dans un prochain article, nous verrons quelle grammaire anglaise étudier à chaque niveau.

P.S.: aucun homme préhistorique (ni même moderne) n’a été blessé durant l’écriture de cet article.

P.P.S.: si cet article sur les niveaux anglais vous a apporté quelque chose, merci de le partager avec les boutons ci-dessous :

Règles du jeu pour commenter

J'espère que les commentaires sur BilingueAnglais.com seront énergiques, constructifs et intéressants. Cet espace est conçu pour compléter l'article et partager votre expérience ou vos ressources pour apprendre l'anglais.

Pour assurer la qualité du site, tous les commentaires sont relus avant d'être publiés. Les critiques constructives ne sont pas un problème. Les commentaires irrespectueux, mal rédigés, hors-sujets ou commerciaux seront effacés.

Relisez-vous et servez-vous du vérificateur d'orthographe de votre navigateur pour vous assurer d'écrire dans un français ou un anglais sans fautes. Aérez votre texte et utilisez les options de formattage Markdown pour le mettre en valeur. Merci de participer à la vie du site et amusez-vous bien!

Leave a comment

You are leaving a comment on Les niveaux anglais du CECRL.

Your email address will not be published. Fields marked with an * are required.

  1. Wow ! Très bonne synthèse et aussi de très bons conseils :)

    Quand tu parles du niveau B1 auquel on devrait essayer d’écrire plus et parler plus, je suis tout à fait d’accord.
    Lorsque je me trouvais aux alentours de ce niveau, je faisais un exercice qui assez intéressant :

    je racontais ma journée sur une feuille et chaque fois que je ne savais pas comment formuler une phrase au niveau grammatical, je le notais. Je cherchais ensuite une solution et je ré-écrivai brièvement la règle dans un cahier et tous les dimanches je prenais le temps de revoir les nouvelles notions.
    Je le faisais aussi à un certain point avec le vocabulaire, mais uniquement pour des mots qui me semblaient importants au quotidien.

    Dans tous les cas, merci pour cet article très informatif ! J’ai hâte de lire le prochain.

    Amicalement,
    Dany

  2. Bonjour,
    J’ai apprécié cet article très intéressant qui permet de situer son niveau d’anglais mais je voudrais ajouter que d’une façon générale, recevoir des infos, des commentaires, des conseils régulièrement est un élément de motivation indispensable pour continuer l’apprentissage d’une langue en dehors de la pratique régulière. Alors MERCI à Fabien et à tous ceux qui s’investissent pour nous permettre de progresser.
    Bien cordialement, Jacques


Come with me if you want to learn English.

Comment Arnold Schwarzenegger a appris l’anglais

Arnold Schwarzenegger, ssa carrière, son accent, son anglais

I'll be back… or I will be back ?

Connu autant pour son physique que pour son accent, culturiste, acteur (Conan, The Terminator), entrepreneur à succès avant même d’être devenu célèbre, marié à une Kennedy, et devenu gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger sort du commun. Il est certainement une des incarnations du rêve américain. Ayant fini de lire sa biographie en anglais, Total Recall: My Unbelievably True Life Story, cela me semble une bonne occasion de raconter son parcours. Celui-ci est riche en leçons de vie et nous en profiterons pour voir comment il a appris l’anglais pour conquérir l’Amérique.

Un petit village en Autriche

Arnold Schwarzenegger a grandi dans un petit village perdu en Autriche, dans une maison sans eau courante. Les toilettes, c’était la cabane au fond du jardin et, côté salle de bain, il fallait partager l’eau de la baignoire – le puits le plus proche étant à 400 mètres.

Arnold Schwarzenegger enfant

Il grandit dans une famille stricte, avec son père, sa mère et son plus jeune frère. Il a des résultats moyens à l’école.

Ado, il découvre la musculation avec des amis. Ce sport naissant lui permet de s’ouvrir au monde et de gagner en confiance et en autonomie, ainsi que de passer du temps avec des personnes qui deviendront des mentors. Schwarzenegger se prête au jeu, tant et si bien qu’il développe une musculature impressionnante tandis que son père, qu’il admire pourtant beaucoup, voit le culturisme comme une perte de temps.

Le jeune Arnold suit l’actualité du culturisme dans les magazines de l’époque. Les articles sont en anglais et un de ses amis traduit les conseils et les méthodes d’entraînement qui y sont publiés. Le culturisme ou bodybuilding n’en est encore qu’à ses débuts mais les premières compétitions existent déjà et lui permettront de se faire remarquer.

Ce qui distingue sans doute le jeune Arnold à cette époque-là est qu’il a déjà une vision et un modèle de ce qu’il veut accomplir. Il veut partir aux Etats-Unis et il veut faire comme ses idoles : devenir champion de body building et en profiter pour se faire repérer et tourner dans des films. Il voit déjà que sa passion peut lui permettre de réaliser ses rêves.

Il sait ce qu’il veut, tandis que son éducation stricte lui a donné l’autodiscipline nécessaire pour mener ses projets à exécution et atteindre ses buts.

Au passage, une fois qu’il prend un boulot dans la salle de sport où il s’entraîne, il découvre la valeur des séances d’entraînement fractionnées ou split workout :

Being busy helping customers meant that I had no time to train the way I was used to, with an intense four- or five-hour workout each day. So I adopted the idea of training twice a day, two hours before work and two hours from seven to nine in the evening, when business slacked off and only the serious lifters were left. Split workouts seemed like an annoyance at first, but I realized I was onto something when I saw the results: I was concentrating better and recovering faster while grinding out longer and harder sets.

Les séances d’entraînement fractionnées permettent d’en faire plus, plus facilement, avec au final plus de résultats.

C’est un principe qui s’applique directement à l’anglais et aux langues vivantes, où il vaut mieux répartir son travail sur la journée pour apprendre mieux et plus vite.

Schwarzenegger continue à s’entraîner et gagne prix après prix, jusqu’à décrocher le titre de Mr. Univers, à Londres – ce qui lui ouvre la porte pour une carrière aux Etats-Unis.

Le rêve américain

Arnold Schwarzenegger arrive aux Etats-Unis en 1968, en Californie, à Los Angeles, soit en pleine période hippie, et le dépaysement est total.

Il s’inscrit immédiatement à des cours d’anglais à l’université et se fixe pour règle de ne sortir qu’avec des Américaines, afin d’être obligé de travailler son anglais.

Sur place, il est sponsorisé par un magazine, ce qui lui permet de se consacrer au culturisme de manière professionnelle. Il prend une place importante dans les magazines sur le sujet, où de nombreux articles et couvertures lui sont consacrés et où il est présenté comme l’étoile montante de la discipline.

Arnold décroche aussi un premier rôle dans un film à petit budget, Hercules in New York. Son accent étant trop fort pour que les gens le comprennent, il est doublé au montage. Le film ne verra finalement jamais le jour car la boîte de production fait faillite avant la sortie du film.

Tandis que, apparemment, les hardcore bodybuilders (fanatiques du culturisme) sont généralement faignants et cherchent à en faire le moins possible, Arnold veut se rendre utile. Ce désir d’apprendre – apprendre l’anglais, apprendre à vendre, apprendre un nouveau métier – et d’être productif est un motif qui se répète tout au long de sa biographie. Par exemple :

Plus, I was not a lazy bastard. The first thing I told him [Joe Weirder, son sponsor, NDLR] when I got to California was "I don’t want to hang around. I don’t want to take your money for nothing. Give me something to do where I can learn." He had a retail store on Fifth Street in Santa Monica that sold nutritional supplements and weight-lifting equipment. So I asked if I could work there. "I want to help customers," I told him. "It helps me to learn business and practice my English, and I like dealing with people."

Il travaille ainsi dans une boutique, ce qui lui permet de pratiquer son anglais en immersion et d’apprendre à vendre. A côté de cela, il débute une entreprise de maçonnerie (bricklaying) avec un ami culturiste, par désir d’être indépendant financièrement quoi qu’il advienne.

De temps à autre, Arnold Schwarzenegger est piégé par son faible niveau d’anglais et son accent à couper au couteau. Il nous raconte :

Becoming fluent in English was still the hardest thing on my to-do list. I envied my photographer friend Artie Zeller, who was the kind of person who could visit Italy for a week with Franco and come back speaking Italian. Not me. I couldn’t believe how difficult learning a new language could be.

Ou ses difficultés avec les contractions en anglais :

"Why do they have to make English so complicated?" There were things that I seemed unable to grasp no matter who explained them to me. Like contractions. Why couldn’t you say "I have" or "I will" rather than "I’ve" and "I’ll"?

Ou encore cette anecdote où il est à deux doigts de se faire virer d’un restaurant parce qu’il insulte la nourriture du chef par accident :

Pronunciations were especially dangerous. As a treat, Artie took me to a Jewish-Hungarian restaurant where the dishes were the same as Austrian food. The owner came to take our order, and I said, "I saw this one thing here on the menu which I like. Give me some of your garbage." "What did you call my food?" "Just bring me some of your garbage." Artie jumped in right away. "He’s from Austria," he explained. "He means the cabbage. He’s used to the cabbage from Austria."

Il progresse néanmoins grâce à ses cours d’anglais. Puis il continue à progresser davantage en apprenant de nouvelles compétences en anglais.

C’est-à-dire qu’Arnold Schwarzenegger a appris à parler anglais en étudiant des sujets qu’il connaissait déjà ou bien sur lesquels il désirait aller plus loin :

[The counselor] put together a little program for me. "Here are eight classes you should take besides English. They’re all business courses. If I were you, I would also take some math. You need to hear the language of math so that when someone says ‘division,’ you know what that means. Or ‘decimal,’ or ‘fraction.’ These are the terms you hear, and you may not understand them." And I said, "You’re absolutely right, I don’t." So I added a math class where we did some decimals and easy algebra, and I started relearning the language of math.

En parallèle, Schwarzy continue à s’entraîner cinq heures par jour et à gagner des prix en bodybuilding.

Arnold Schwarzenegger en 1974

Fort de ses succès, il tente, tel qu’il l’avait prévu, de percer dans le cinéma, comme l’avait fait les idoles de son enfance. Mais lorsqu’il tente de décrocher un agent à Hollywood pour le représenter, l’agent lui dit de but en blanc :

Look, you have an accent that scares people. You have a body that’s too big for movies. You have a name that wouldn’t even fit on a movie poster. Everything about you is too strange.

Il ne se laisse pas décourager pour autant et, de manière ironique, ce seront précisément ces caractéristiques qui feront Arnold Schwarzenegger se démarquer des autres acteurs et l’aideront à créer sa place à Hollywood.

Il débute néanmoins des cours pour réduire son accent, afin de rendre son anglais parlé compréhensible. Cela s’ajoute à ses cours de théâtre, à ses cours à l’université, à son activité d’entrepreneur et à sa préparation pour Mr. Olympia, la plus grande compétition de culturisme.

Ses cours d’accent, il les prend avec Robert Easton, un spécialiste des accents (anglais ou étrangers) qui entraînait les stars d’Hollywood à perdre leur accent ou à imiter des accents régionaux.

Il traîne à l’époque avec la nouvelle génération d’acteurs à Hollywood : Jack Nicholson, Roman Polanski, Dennis Hopper, Peter Fonda… Il n’a pas du tout leur niveau de célébrité mais passer du temps avec ce nouveau cercle social lui permet d’apprendre les ficelles du métier et continue d’aiguiser son appétit.

Le culturisme devient de plus en plus connu, jusqu’à faire la une de magazines grand public et que des documentaires y soient consacrés. Arnold Schwarzenegger est la figure la plus emblématique du sport. Promouvoir le culturisme permet de rendre le sport plus important et plus professionnel, tandis que s’en faire le porte-parole lui permet d’augmenter sa propre célébrité.

Arnold Schwarzenegger et le docu *Pumping Iron*

C’est également la période où la remise en forme (fitness) devient à la mode, avec des personnes telles que Jane Fonda et la naissance de phrases cultes telles que No pain, no gain ou encore Feel the burn.

Le culturisme est passé du stade de sport obscure à celui de culture branchée. Arnold Schwarzenegger passe alors du temps à New York. Il y fait la connaissance de personnes telles que Andy Warhol et y côtoie le gratin new-yorkais. Sa personnalité, son attitude positive et son sens de l’humour, ainsi qu’une capacité à vendre son sport et sa passion sous un jour positif, lui permettent de naviguer ce nouveau monde et de se démarquer au-delà de son physique.

Un documentaire qui lui est consacré, puis un film dans lequel il joue situé dans le monde du culturisme, le rapprochent un peu plus du statut de célébrité, tandis que les compétitions de culturisme sont de plus en plus importantes en taille et en couverture médiatique, et qu’il continue de les remporter.

Il refuse alors les petits rôles au cinéma. A l’inverse de beaucoup d’acteurs qui souhaitent percer, il vise directement les rôles principaux. Il investit tous ses gains en lui, dans son entreprise et dans l’immobilier, ce qui lui permet d’être dans une position solide financièrement. Une fois de plus, Arnold Schwarzenegger a une vision de ce qu’il veut.

You could argue that, no matter what the part, being in front of a camera was always good practice. But I felt that I was born to be a leading man. […] Of course I realized that this sounded crazy to everybody but me. But I believed that the only way you become a leading man is by treating yourself like a leading man and working your ass off. If you don’t believe in yourself, then how will anyone else believe in you?

Hollywood

Son physique et son expérience devant la caméra lui permettent de décrocher le rôle principal sur un projet de film : Conan le Barbare, une nouvelle d’heroic-fantasy publiée à l’origine dans des magazines de série B. Le scénario est à l’origine développé par Oliver Stone, puis repris par John Milius.

Arnold se prépare pour le rôle à de nombreux niveaux : en terme de jeu d’acteur mais aussi et surtout physiquement. Il doit avoir le physique idéal pour le rôle mais aussi apprendre à faire toutes les cascades lui-même car son physique est trop atypique pour utiliser une doublure. Il apprend ainsi à manier une épée, les arts martiaux ou à monter à cheval.

Il fait la promotion du film autant que possible. Arnold Schwarzenegger n’est pas qu’un acteur ou un culturiste, il est aussi un commercial. Tout au long de sa carrière, son acharnement à promouvoir les films dans lesquels il joue contribuera à son succès. Tandis que certains artistes trouvent cela « sale » ou en deçà d’eux, Arnold comprend que ses films ne valent quelque chose que s’ils sont vus par le public. Dans le cas de Conan, les fans de culturisme et les fans de l’œuvre original contribueront au succès du film, en le voyant plusieurs fois et en en parlant autour d’eux.

Le film est un succès et l’amène à être payé 1 million par film, chiffre symbolique qu’il visait et qui fait de lui un des acteurs les mieux payés d’Hollywood.

Il est réaliste sur le fait qu’il ne sera jamais le prochain Dustin Hoffman ou Marlon Brando mais réalise aussi qu’il peut forger sa place à Hollywood en jouant des personnages plus grand que nature (larger-than-life) dans des films d’action.

Cela l’amène à faire la connaissance d’un jeune réalisateur du nom de James Cameron. Le projet ? The Terminator. Le rôle proposé à Arnold est alors celui du héro, tandis que O.J. Simpson est prévu pour jouer le rôle du Terminator. Le projet emballe Schwarzenegger qui trouve le personnage du Terminator très intéressant. Il s’identifie au personnage et explique à James Cameron comment l’acteur devrait se préparer pour le rôle. Il est inspiré en cela par son expérience lors de son service militaire en Autriche et de son entraînement sur Conan.

Le personnage du Terminator fascine tellement Schwarzy que Cameron lui propose le rôle. Arnold refuse d’abord parce que jouer le rôle des bad guys au cinéma est en général perçu comme un suicide : après un tel rôle, vous serez catalogué comme un méchant et ne pourrez plus décrocher d’autres rôles. De plus, il a peur qu’Hollywood percoive cela comme le fait qu’il n’est pas capable de jouer de rôles normaux à cause de son anglais. Il finit néanmoins par accepter, avec pour obligation que son prochain rôle ne soit PAS celui du méchant.

James Cameron et Arnold Schwarzenegger sur le tournage de Terminator – James, t’es sûr que je peux pas dire I will be back?

Petite anecdote : lors du tournage de Terminator, il ne comprend pas pourquoi il doit dire I’ll be back et veut dire, à la place, I will be back. N’ayant pas encore bien compris l’utilisation des contractions en anglais, il insiste, en pensant que ce serait mieux ainsi. Une fois que James Cameron, qui est aussi l’auteur du scénario, se met à lui crier dessus, le débat ne durera pas longtemps. Comme le raconte Schwarzenegger :

The truth was that, even after all these years of speaking English, I still didn’t understand contractions. But the lesson I took away was that writers never change anything. This was not somebody else’s script that Jim was shooting, it was his own. He was even worse than Milius. He was unwilling to change a single apostrophe.

Avec son scénario surprenant, ses effets spéciaux, son mélange d’action et de touches de comédie, Le Terminator fait un carton et confirme que Arnold Schwarzenegger a sa place à Hollywood.

Reps, reps, reps…

Je vous laisse vous tourner vers son autobiographie en anglais pour le reste. Vous y découvrirez comment il a rencontré sa femme (une Kennedy), sa réussite dans les affaires, sa carrière en politique en tant que gouverneur de Californie, ou tout simplement les coulisses du cinéma.

Ce dont j’aimerais vous parler avant de conclure sur sa bio, c’est du concept de reps ou repetitions. C’est sans doute l’idée la plus importante de cet article.

Peu importe que ce soit en musculation, pour jouer le rôle du héro dans les films d’action, ou bien pour préparer un discours en tant que gouverneur, Arnold Schwarzenegger utilise la même recette :

[It’s all about] reps, reps, reps

(Traduction : « Tout est question de répétitions, répétitions, répétitions »)

Ainsi :

  • A sa première salle de sport, ado, il y avait un mur où chacun notait les séries qu’il allait effectuer. Une fois une série effectuée, on la barrait et passait à la suivante.
  • Pour s’entraîner à jouer le Terminator tel une machine, il s’entraînait encore et encore à recharger les yeux fermés, de chaque main, jusqu’à rendre cela automatique.
  • En préparation d’un débat politique télévisé, il s’entraînait, avec son équipe, à répondre à toutes les questions possibles et imaginables. Reps, reps, reps…
  • Pour un discours en face des Nations Unis, il s’entraînait à répéter, répéter et répéter encore son discours, pas moins d’une cinquantaine de fois, pour s’améliorer à chaque itération.

On parle de centaines et centaines, dans certains cas milliers, de répétitions, pour développer et acquérir une compétence. C’est du travail – c’est le travail ! – et c’est ainsi que ça rentre.

C’est la même chose quel que soit le domaine.

Et c’est donc la même chose en anglais. Pour être bon, vous devez passer du temps à pratiquer l’anglais. Et ce temps, vous pouvez le compter en heures, en minutes… Ou aussi en répétitions en gardant en tête, comme Arnold Schwarzenegger, que chaque répétition vous rapproche de votre but. Comme il le dit :

[E]very rep and every set is getting me one step closer to my goal.

Rien ne remplace cela.


Bonus

Pour conclure, quelques infos et suppléments pour accompagner cet biographie d’Arnold Schwarzenegger.

Interview

Histoire de conclure avec de l’audio, vous pouvez retrouver une interview d’Arnold Schwarzenegger sur l’excellent podcast le Tim Ferriss Show. Ça se passe ici :

Bonne écoute.

Citations

Enfin, petit bonus, quelques citations, relevées dans la biographie, que j’ai trouvées intéressantes :

Sur le fait d’écrire ses objectifs :

I always wrote down my goals, like I’d learned to do in the weight-lifting club back in Graz. It wasn’t sufficient just to tell myself something like "My New Year’s resolution is to lose twenty pounds and learn better English and read a little bit more." No. That was only a start. Now I had to make it very specific so that all those fine intentions were not just floating around. I would take out index cards and write that I was going to:

• get twelve more units in college;
• earn enough money to save $5,000;
• work out five hours a day;
• gain seven pounds of solid muscle weight; and
• find an apartment building to buy and move into.

It might seem like I was handcuffing myself by setting such specific goals, but it was actually just the opposite: I found it liberating. Knowing exactly where I wanted to end up freed me totally to improvise how to get there.

Sur son accent et le fait de jouer sur ses différences :

Every time I was on the radio or TV, people became a little more familiar with my accent, the Arnold way of talking, and a little more comfortable and at ease with me. The effect was the opposite of what the Hollywood agents had warned. I was making my size, accent, and funny name into assets instead of peculiarities that put people off. Before long people were able to recognize me without seeing me, just by name or by the sound of my voice.

Sur le fait de développer sa confiance par la répétition :

weight training was a better confidence builder than, say, soccer. In soccer, sometimes you make a good kick and sometimes not, but in weight training, you know when you lift four plates that the next time you will be able to lift four plates. This predictability helped the kids gain confidence quickly.

Sur le fait d’utiliser des modèles et mentors :

When I wanted to know more about business and politics, I used the same approach I did when I wanted to learn about acting: I got to know as many people as I could who were really good at it.

Sur l’ambition et le fait de forger son propre chemin :

"What if I shoot to become one of Hollywood’s top five leading men?" People were always talking about how few performers there are at the top of the ladder, but I was always convinced there was room for one more. I felt that, because there was so little room, people got intimidated and felt more comfortable staying on the bottom of the ladder. But, in fact, the more people that think that, the more crowded the bottom of the ladder becomes! Don’t go where it’s crowded. Go where it’s empty. Even though it’s harder to get there, that’s where you belong and where there’s less competition.

Sur ce que pensent les autres :

I never argued with people who underestimated me. If the accent and the muscles and the movies made people think I was stupid, it worked to my advantage.

Sur le pouvoir des répétitions :

Then, as soon as you were done with the first set, you went to the wall and crossed off the first line so it became an X. All five lines would have to be turned into Xs before that exercise was done. This practice had a huge impact on my motivation. I always had the visual feedback of "Wow, an accomplishment. I did what I said I had to do. Now I will go for the next set, and the next set." Writing out my goals became second nature, and so did the conviction that there are no shortcuts.

Sur l’enfance :

Don’t blame your parents. They’ve done their best for you, and if they’ve left you with problems, those problems are now yours to solve.

Liens

Plus d’infos sur Arnold Schwarzenegger et de quoi pratiquer votre anglais :

Maintenant, lisez ceci :

Règles du jeu pour commenter

J'espère que les commentaires sur BilingueAnglais.com seront énergiques, constructifs et intéressants. Cet espace est conçu pour compléter l'article et partager votre expérience ou vos ressources pour apprendre l'anglais.

Pour assurer la qualité du site, tous les commentaires sont relus avant d'être publiés. Les critiques constructives ne sont pas un problème. Les commentaires irrespectueux, mal rédigés, hors-sujets ou commerciaux seront effacés.

Relisez-vous et servez-vous du vérificateur d'orthographe de votre navigateur pour vous assurer d'écrire dans un français ou un anglais sans fautes. Aérez votre texte et utilisez les options de formattage Markdown pour le mettre en valeur. Merci de participer à la vie du site et amusez-vous bien!

Leave a comment

You are leaving a comment on Comment Arnold Schwarzenegger a appris l’anglais.

Your email address will not be published. Fields marked with an * are required.