Newsletter "Partir un jour, sans retour!..."

QUESTION

Bonjour,

Je vais me présenter:
J'ai 17 ans, je suis en premiùre S et j'aimerais me perfectionner en anglais pour pouvoir aller vivre et travailler au États-Unis plus tard.

J'aimerais travailler la langue pour pouvoir l'utiliser couramment.

Je sais que le mieux pour y arriver c'est de faire des voyages linguistiques mais malheureusement je n'ai pas les moyens...

Merci , Ă  bientĂŽt.
Salomé

MES COMMENTAIRES :

Hello Salomé,

Merci pour cette question que beaucoup de personnes se posent certainement. Comment se perfectionner en anglais et aller vivre Ă  l'Ă©tranger dans de bonnes conditions quand/si on n'a pas encore eu les moyens de partir?

Avant d'apporter des conseils qui aident Ă  voyager, je voudrais souligner que ceci :

"IL FAUT PARTIR VIVRE A L'ETRANGER POUR APPRENDRE L'ANGLAIS"

...ceci est un mythe.

J'ai appris mon anglais en vivant Ă  Paris et les tests me disaient soi-disant bilingue. Luca, un polyglotte italien populaire sur YouTube, a appris la majoritĂ© de ses nombreuses langues sans quitter son pays. Steve Kaufman, un autre polyglotte assez prolifique sur YouTube, est dans le mĂȘme cas.

Le fait que le systĂšme scolaire français est un Ă©chec en matiĂšre de langues vivantes ne signifie pas, automatiquement, qu'il FAUT partir Ă  l'Ă©tranger pour apprendre l'anglais. Entre ces deux extrĂȘmes, il y a la solution simple qui consiste Ă  ĂȘtre un APPRENANT INDÉPENDANT et Ă  progresser de chez soi avec une mĂ©thode qui fonctionne.

A vrai dire, il y a plusieurs mĂ©thodes qui fonctionnent (mais aussi Ă©normĂ©ment qui ne fonctionnent pas). J'en parle Ă©videmment toujours dans chaque courrier mais revenons-en aux bases : arrĂȘter de tout apprendre via des textes que nous ne savons pas prononcer. ArrĂȘter de bosser beaucoup ponctuellement. ArrĂȘter de faire des choses ennuyeuses que nous ne ferions jamais en français mais que nous nous permettons de supporter en anglais.

Pour, Ă  la place :
- Faire des choses intéressantes (qui nous amusent, nous détendent, nous enrichissent, nous font sourire)
- Bosser un peu tous les jours. (La régularité paye. Faites-moi confiance.)
- Apprendre Ă  Ă©couter et articuler l'anglais. (Une langue, c'est deux choses : du son et du sens.)

Voilà, désolé de m'en prendre à ton courrier pour balancer tout cela Salomé ;-) mais c'est un message qu'il est important de faire passer : on peut maßtriser l'anglais sans quitter la France! (Internet nous apporte contenus et natifs. En bonus, les expatriés sont faciles à trouver dans les grandes villes).


Maintenant... Je ne vais pas dire le contraire, voyager est une super expérience! Je n'ai commencé à voyager (malheureusement) qu'une fois que je maßtrisais l'anglais mais je sais d'expérience (hongrois, espagnol, russe, sans parler de tous les témoignages de lecteurs) que voyager est trÚs motivant. Acheter un billet nous motive à progresser. Etre sur place nous encourage à pratiquer. Et revenir nous donne envie de repartir et de mettre les bouchées doubles dans l'intervalle!

La bonne nouvelle (et ce à quoi je veux en venir) est que voyager n'est pas si cher que cela. Si j'avais de nouveau 18 ans, je prendrais une année sabbatique pour voyager, financer mes voyages et gagner en expérience (en langues et humainement). "Les voyages forment la jeunesse."

Voyager n'est pas si cher, donc, et je recommandais récemment HostelWorld.com, CouchSurfing.org et Momondo.com pour cela. Il est plus motivant de prendre un petit boulot pour payer ses voyages que son loyer et il est facile de travailler sur la route dans une ambiance détendue (boulot dans des auberges, pour n'en citer qu'un, mais il en existe des dizaines, de l'agriculture à Internet).

La solution en fin de compte consiste à pratiquer tous les jours un anglais "vrai" (pas celui des méthodes scolaires) sur des thÚmes qui nous plaisent. Il s'agit de trouver sa passion en anglais et de foncer.

Teste, et dis-moi ce que cela donne pour toi.

A bientĂŽt,
Fabien


QUESTION

Bonjour Fabien,

Je lit chacun de tes mail avec attention, ainsi que livre que tu as offert, que je trouve en chaque point pertinent. De plus, cela fait quelques temps que j'utilise l'app MosaLingua qui dit grand bien de toi.

Je decide donc de te contacter pour te demander conseil, car je pense que tu me repondra avec honnetete.
Voila, je suis en Australie pour 1 an, ca fait moins d'une semaine que je suis la mais les difficulte de communication sont rudes (comprehension et parler). C'est pourquoi je cherche le moyen de m'ameliorer au plus vite et de la meilleure maniere.

Pense tu que ton livre "Devenir bilingue en anglais" me soit reellement utile ? faut il que je m'oriente plutot sur un autre de tes livres ("Reussir a l'oral en anglais") ? ou autres ?

Grand merci par avance du temps que tu prendra pour lire ce mail.

A bientot

Rudy.

PS : desole pour les fautes d'ortographes, mais je n'est de correcteur francais et je tape avec un clavier "qwerty" ;)


MES COMMENTAIRES :

Hello Rudy!
A vrai dire, je commence à recevoir beaucoup d'e-mails comme le tien, de personnes parties en Australie améliorer leur anglais et qui se rendent compte que la communication sur place n'est pas si facile que cela. J'avais rédigé une réponse détaillée il y a quelques mois à quelqu'un dans une situation proche de la tienne.

Je te dĂ©conseille Devenir bilingue en anglais pour l'instant, qui est avant tout conçu pour les niveaux intermĂ©diaires qui veulent parler couramment. Dans ton cas, je me concentrerais sur la phonĂ©tique avant tout, qui devrait ter permettre de transformer du vocabulaire que tu connais relativement grĂące Ă  l'Ă©cole (Ă  force de lire tous ces textes en anglais Ă  l'Ă©cole, on apprend tout de mĂȘme une chose ou deux, simplement c'est figĂ© car on ne l'a jamais Ă©coutĂ© et prononcĂ©). Prends 20 min par jour 3 fois dans la semaine oĂč tu te concentres juste sur la diffĂ©rence entre les sons purement anglais et nos sons français, et cela va dĂ©jĂ  t'aider Ă  porter ton attention sur quelque chose de constructif. Le piĂšge, lorsque l'on dĂ©bute, est que l'on est bombardĂ© de tous les cĂŽtĂ©s sans savoir quoi faire. En te concentrant sur l'oral et l'articulation anglaises, tu ne peux pas te tromper.

Ensuite, si tu utilises MosaLingua tu devrais dĂ©jĂ  avoir un certain vocabulaire. EntraĂźne-toi (sans doute avec l'aide d'un prof) Ă  dire quelques phrases utiles et intĂ©ressantes pour toi. Du type te prĂ©senter, parler de toi, de ce que tu fais en Australie (par la suite, Ă©tend cette base pour parler de tes passions, faire de l'esprit le plus tĂŽt possible, etc.) Cela va te donner comme des munitions pour entretenir des conversations. Savoir dire ces quelques phrases pour briser la glace t'ouvre la porte Ă  des conversations plus longues, indispensables pour t'habituer Ă  l'anglais oral en gĂ©nĂ©ral et comme te "rĂ©gler" sur l'accent australien en particulier (un peu comme on rĂšgle une radio sur une frĂ©quence ou sur une autre, c'est un ajustement). Ce n'est pas gĂȘnant si tu ne parles pas beaucoup au dĂ©but, il faut bien dĂ©buter quelque part et de te rĂ©vĂ©ler avec tes quelques phrases de prĂ©sentation met les gens en confiance, montre que tu es de bonne volontĂ©, et Ă©vite les situations oĂč la personne en face se demande si tu comprends quoi que ce soit. Au dĂ©but, ton but sera de comprendre le thĂšme gĂ©nĂ©ral des conversations.

Si tu as le budget, je t'encourage prendre Le don des langues aussi, parce qu'il y a dedans TOUTES les techniques que j'ai appliquées pour acquérir des bases solides (et discuter, donc) en Hongrois.

Essaye tout cela et tiens-moi au courant!
Fabien