Traduction ou Immersion ?

Traduction ou Immersion ?

--------------------------------------------------
Vous recevez cet e-mail suite à votre inscription
sur bilingueanglais.com Si vous souhaitez
ne plus recevoir ce courrier, cliquez sur le lien
en toute fin de page pour vous désinscrire. Merci.
--------------------------------------------------

QUESTION

Hello,

Comme la plupart de tes lecteurs, je vise le "fluent English", j'aimerais parler anglais comme Jodie Foster parle français...je vise sûrement trop haut... mais comme le dis la citation "il faut toujours viser la Lune car même en cas d'échec on atterrit dans les étoiles "....Pas très concret tout ça....

Soit, dans mon cas, avant même de te lire et de m'inscrire à ta newsletter, je m'étais construite ma propre méthode, qui consistait au début à lire des livres "Edition bilingue", la page gauche en anglais, la page droite en français, plus quelques mots de vocabulaire ou expressions difficiles en bas de page, le but étant de ne lire que l'anglais et en cas de grosse difficulté, de s'aider des mots de vocabulaire, et en dernier secours d'avoir recours au français.

Pas mal la méthode mais souvent les nouvelles proposées ne sont pas top....donc j'ai décidé de trouver une édition bilingue sympa, et je suis tombée sur un livre englobant deux nouvelles, dont l'une était celle de Sophie Kinsella (le fameux auteur de "Confessions d'une accro au shopping" .....et oui je suis une fille lol), et j'avoue que j'ai bien accroché.

Ainsi, après avoir terminé ma petite nouvelle, j'ai été sur eBay et je me suis acheté le livre "Confessions d'une accro en shopping" en langue originale, c'est-à-dire en anglais (oui oui je m'épate moi-même), ce qui donne en anglais "Confessions of a Shopaholic".
J'ai donc lu tout le livre qui fait quand même plus de 300 pages, sans trop de difficultés pour en comprendre le sens, et là j'en ai acheté un 2ème, la suite (eh oui, elle en a écrit des livres la petite Sophie Kinsella, elle a trouvé le bon filon et n'a apparemment pas l'intention de le lâcher...lol), "Shopalohic abroad" que j'ai commencé.

Néanmoins plus je lis, plus je me dis que ce n'est peut-être pas la bonne méthode (mais bon je prends plaisir à lire ces livres donc je n'ai pas l'intention de m'arrêter),
je pense que lire c'est bien, mais qu'il faut lire activement, c'est-à-dire en se demandant pourquoi tel temps a été utilisé,.... et ça j'avoue que ce n'est vraiment pas plaisant, ça casse l'envie de lire....certes, sans doute que de lire ces livres, enrichira mon vocabulaire mais il ne m'aidera sans doute pas à parler et à comprendre plus aisément ce qu'on me dit oralement.

Que me conseilles-tu? Comment dois-je lire ces bouquins pour en tirer un maximum?

Merci d'avance

Nadia de Bruxelles (Belgique)



MES COMMENTAIRES :

Hello Nadia,

Bonne année! Tu as raison de viser haut. Les francophones manquent d'ambition en langues vivantes. Mon point de vue est que si les gens visent à devenir bilingue et font ce qu'il faut pour, ils finiront par parler l'anglais au moins couramment.

Pour répondre à ta question, je vais te parler de deux polyglottes qui sont là où j'aimerais être d'ici quelques années. Il s'agit de Luca Lampariello, un italien qui fait des vidéos sur YouTube, et de Gabriel Wyner, un chanteur d'opéra qui tient un blog sur les langues. Chacun d'entre eux parle environ 10 langues et s'amuse à cela depuis des années. Ils ont maîtrisé la méthode pour apprendre une nouvelle langue jusqu'à un niveau courant (aucun des deux ne prétend parler aussi bien chacune des dix langues mais, autant que je puisse dire, ils sont clairement à l'aise et peuvent parler d'égal à égal avec des natifs dans plusieurs d'entre elles.)


DEUX METHODES EFFICACES

Quelle est leur méthode?

Là où cela devient vraiment intéressant, c'est que chacun utilise une approche VRAIMENT différente de celle de son confrère :

- Luca Lampariello utilise une méthode qui s'appuie énormément sur la traduction. Il est heureux d'utiliser la méthode Assimil, où il va étudier le texte source et se servir de la traduction pour comprendre. Par la suite, il va se servir de la traduction comme de questions, le jeu consistant à retrouver comment dire les choses dans la langue d'origine. [www.thepolyglotdream.com/an-easy-way-to-learn-foreign-languages/]

- Gabriel Wyner choisit de tout faire dans la langue autant que possible dès le début. Il va choisir soigneusement le vocabulaire qu'il apprend en premier et se servir de dessins pour se rappeler du sens. Il se repose beaucoup sur les logiciels de répétition espacée pour apprendre le vocabulaire. Par la suite, il apprend de nouveaux mots en les définissant grâce aux mots de base qu'il connaît déjà. De cette manière, il n'a pas besoin de traduire. [www.towerofbabelfish.com/Tower_of_Babelfish/The_Method.html]

Bref. L'un privilégie la traduction (dans les deux sens) et l'autre l'immersion. Pourtant, autant que je puisse dire, ils obtiennent des résultats comparables.

Pour schématiser, c'est les cerveaux gauche et droit qui s'affrontent :

- Luca - Traduction - Logique - Sens du détail

- Gabriel - Immersion - Intuition - Vision globale

Là où les deux se rejoignent, c'est qu'ils soignent chacun vraiment la prononciation. Ils utilisent volontiers la phonétique (l'Alphabet Phonétique International notamment, mais pas que cela) pour comprendre et adopter une prononciation correcte dès le départ.

Ils sont aussi chacun en train d'écrire un livre pour expliquer leurs méthodes respectives. On attend leurs livres cette année (2013).

Partant du principe que les deux approches fonctionnent, le reste devient une affaire de style.

Je manque encore de recul pour un jugement de fond mais je soupçonne que l'approche par immersion aide à s'exprimer de manière plus spontanée. L'approche par traduction, elle, encourage à utiliser des expressions toutes faites qui "sonnent bien" linguistiquement.


ATTENTION!

Au risque de me répéter, ce à quoi je ferais TRES attention avec ton approche, c'est d'être sûr que tu maîtrises la prononciation de l'anglais. Lorsque l'on lit, surtout dans une nouvelle langue, on a tendance à prononcer le texte mentalement. Si on ne sait pas le prononcer, à ce moment-là, on "invente" la prononciation ou bien on utilise un mélange d'anglais et de français (le plus souvent sans même savoir que c'est ce que l'on fait, ce qui rend la chose dangereuse).

Le risque?

Celui de se retrouver à développer de mauvaises habitudes dont il sera pénible de se débarrasser. Honnêtement, c'est un terrain tristement familier pour moi et s'il y a UNE chose que j'aurais souhaiter en anglais, c'est apprendre la phonétique dès le début, pas après 10 ans.


LIRE ACTIVEMENT

Tu mentionnes le fait de lire "activement". Je vois deux choses :
- Le sentiment que l'on est obligé d'étudier la grammaire. (Comme si s'ajouter une corvée quand on apprend était obligatoire).
- Le besoin de trouver tes mots et non pas de juste lire constamment.

Si tu avais besoin d'une autorisation... Je t'autorise à ne pas perpétuer le calvaire infligé à l'école! Apprendre n'a pas à être ennuyeux. Qui plus est :

On peut acquérir la grammaire en parlant la langue mais on ne peut pas parler la langue en étudiant la grammaire.

C'est ce qu'à démontré un linguiste assez fameux, Krashen, il y a 20 ans mais le message n'est toujours pas passé en France dans le système scolaire, qui continue à enseigner l'anglais comme une langue morte. Les gens ont peur de mal parler s'ils n'étudient pas la grammaire. Nous devrions tous plutôt avoir peur de ne PAS PARLER DU TOUT en consacrant trop d'énergie à la grammaire. Etudier un peu de grammaire c'est bien pour corriger ses fautes seulement, si on ne parle pas, il n'y a pas de fautes à corriger et c'est juste du perfectionnisme oisif. Il n'y a pas besoin d'ouvrir son livre de grammaire tous les jours, c'est contre-productif.

Pour ce qui est de trouver ses mots c'est une requête légitime et saine. Il y a deux "muscles" pour les langues : la réception et l'expression. Cela veut dire le couple écouter/parler puis le couple lire/écrire. Pour t'entraîner à t'exprimer, tu peux utiliser Verbling [www.verbling.com], la traduction comme cité plus haut, ou bien mes favoris par le passé tels que écrire sur un forum puis dans une chat-room. Il y a aussi évidemment le fait de penser dans la langue au quotidien (une habitude, pas un trait de génie).


PLAN D'ACTION

Pour conclure ce bien long mail, voici un plan d'action sur mesure :

Garde et perfectionne ce qui marche :
- Continue à lire en anglais. (Tu n'as bientôt plus besoin de la traduction, ce qui simplifiera tes achats ;))
- Garde ton ordi portable à proximité quand tu lis: pour chercher la prononciation des mots dont tu doutes

Etend tes horizons :
- Suis un bon phonétique" href="https://bilingueanglais.com/reussir-a-l-oral-en-anglais/">cours de phonétique anglaise [bilingueanglais.com/reussir-a-l-oral-en-anglais/]
- Ecoute un livre audio de Sophie Kinsella*
- Quand tu lis, prononce mentalement le texte soigneusement (ça va te ralentir mais moins que la grammaire).

* J'ai vérifié, ça existe. Prends soit un livre que tu as déjà lu, soit la suite d'un livre que tu as déjà lu. (Pour rester dans un thème et vocabulaire que tu connais pour ton premier livre audio).


Sur ce, je te souhaite une excellente continuation et de parler aussi bien anglais que Sophie Kinsella!

Sincèrement,
Fabien




Vous désirez plus d'aide de ma part pour apprendre l'anglais ? Trois moyens :

Bons progrès en anglais !
Fabien Bilingue en anglais Snauwaert